"L'ONSS a vu le nombre de jours de travail prestés par des étudiants augmenter de 36% au premier semestre. Un peu plus de deux millions de jours de travail étudiant ont été comptabilisés lors des six premiers mois de 2012, contre près d'1,5 million l'année précédente", indique Paul Verschueren de Federgon, la fédération du secteur de l'intérim.

Cette hausse est surtout due à la nouvelle réglementation, qui donne la possibilité aux étudiants de travailler davantage en dehors des mois d'été.

Cette évolution n'est pas forcément vue d'un bon oeil par tout le monde. "En rendant les règles plus flexibles pour les étudiants, on a porté préjudice aux groupes les plus sensibles sur le marché du travail", estime Jan Deweghe, secrétaire fédéral au SETCa, évoquant notamment la situation dans le secteur des grandes surfaces et des chaînes de distribution.

Levif.be, avec Belga