"Cela fera mal à court terme et coûtera de l'argent. Mais si par conséquent on économise dix ans de misère et de galère, alors une telle crise en vaut certainement la peine", a renchéri M. De Bode.

L'ancien chef de cabinet et homme de confiance du président de parti Bart De Wever voit le modèle confédéral "plus proche que jamais".

A ses yeux, le pays sera ingouvernable, avec une Wallonie qui va à nouveau opérer un virage à gauche et le MR qui, selon lui, ne va plus entrer dans un gouvernement où il est le seul parti francophone.

"Le modèle confédéral, seule solution pour sortir du chaos"

"La seule manière d'échapper à ces divisions politiques sera un modèle confédéral. Et cela arrivera plus vite qu'on ne le pense. Pas parce que la N-VA va soudainement engranger 50% des voix mais parce que c'est la seule solution possible pour sortir du chaos", a-t-il expliqué.

Quant à Bruxelles, elle "ne fait, à mes yeux, plus partie de la Flandre. C'est devenu une tout autre ville depuis bien longtemps, avec une autre dynamique, d'autres défis, une répartition différente de la population. Bruxelles a une autre finalité. Elle doit enfin remplir son rôle de capitale de l'Europe."

"Cela fera mal à court terme et coûtera de l'argent. Mais si par conséquent on économise dix ans de misère et de galère, alors une telle crise en vaut certainement la peine", a renchéri M. De Bode. L'ancien chef de cabinet et homme de confiance du président de parti Bart De Wever voit le modèle confédéral "plus proche que jamais". A ses yeux, le pays sera ingouvernable, avec une Wallonie qui va à nouveau opérer un virage à gauche et le MR qui, selon lui, ne va plus entrer dans un gouvernement où il est le seul parti francophone. "La seule manière d'échapper à ces divisions politiques sera un modèle confédéral. Et cela arrivera plus vite qu'on ne le pense. Pas parce que la N-VA va soudainement engranger 50% des voix mais parce que c'est la seule solution possible pour sortir du chaos", a-t-il expliqué. Quant à Bruxelles, elle "ne fait, à mes yeux, plus partie de la Flandre. C'est devenu une tout autre ville depuis bien longtemps, avec une autre dynamique, d'autres défis, une répartition différente de la population. Bruxelles a une autre finalité. Elle doit enfin remplir son rôle de capitale de l'Europe."