Au total, 1.848.658 personnes ont participé au vote dimanche, selon le PD. C'est nettement moins que les 2,8 millions des primaires de 2013 et les plus de 3 millions des scrutins précédents, mais bien plus que ne le laissait redouter une campagne généralement jugée terne, et sans grand enjeu. Les deux rivaux de M. Renzi, Andrea Orlando, actuel ministre de la Justice, et Michele Emiliano, gouverneur de la région des Pouilles (sud), considérés comme plus à gauche, ont obtenu respectivement 19,5% et 10,49% des voix. "C'est une responsabilité extraordinaire, merci de tout coeur à cette communauté de femmes et d'hommes qui croient en l'Italie. En avant ensemble ! ", a lancé dimanche soir M. Renzi. Agé de 42 ans, il avait démissionné en décembre de son poste de chef du gouvernement après son cinglant échec au référendum constitutionnel, avant de quitter mi-février la tête du PD, à la recherche d'une nouvelle légitimité face à la contestation de l'aile gauche de son parti. Il va maintenant se tourner vers les prochaines élections législatives, prévues au plus tard début 2018. Selon la presse italienne, il souhaiterait un vote dès l'automne. Après avoir souvent cité le "Yes we can" de l'ancien président américain Barack Obama, M. Renzi a repris à son compte le slogan "En Marche! " d'Emmanuel Macron, le candidat centriste à la présidentielle française. (Belga)

Au total, 1.848.658 personnes ont participé au vote dimanche, selon le PD. C'est nettement moins que les 2,8 millions des primaires de 2013 et les plus de 3 millions des scrutins précédents, mais bien plus que ne le laissait redouter une campagne généralement jugée terne, et sans grand enjeu. Les deux rivaux de M. Renzi, Andrea Orlando, actuel ministre de la Justice, et Michele Emiliano, gouverneur de la région des Pouilles (sud), considérés comme plus à gauche, ont obtenu respectivement 19,5% et 10,49% des voix. "C'est une responsabilité extraordinaire, merci de tout coeur à cette communauté de femmes et d'hommes qui croient en l'Italie. En avant ensemble ! ", a lancé dimanche soir M. Renzi. Agé de 42 ans, il avait démissionné en décembre de son poste de chef du gouvernement après son cinglant échec au référendum constitutionnel, avant de quitter mi-février la tête du PD, à la recherche d'une nouvelle légitimité face à la contestation de l'aile gauche de son parti. Il va maintenant se tourner vers les prochaines élections législatives, prévues au plus tard début 2018. Selon la presse italienne, il souhaiterait un vote dès l'automne. Après avoir souvent cité le "Yes we can" de l'ancien président américain Barack Obama, M. Renzi a repris à son compte le slogan "En Marche! " d'Emmanuel Macron, le candidat centriste à la présidentielle française. (Belga)