Le Piémont subissait des pluies intenses, la situation la plus critique étant celle de la région d'Alessandria (au sud de Turin) où 200 personnes ont dû être évacuées et 600 sont isolées après le débordement de plusieurs cours d'eau. Une femme était portée disparue, selon les médias. La Ligurie voisine était toujours en alerte rouge avec des coulées de boues qui ont entraîné la fermeture de l'autoroute entre Gênes et Vintimille, à la frontière française. Plus au nord, dans le Val d'Aoste, 500 personnes ont également été évacuées après la fermeture de plusieurs axes régionaux en raison d'importants risques d'avalanches. Dix jours après une série de marées hautes inédite depuis plusieurs décennies, Venise a connu une nouvelle "acqua alta" dimanche matin avec un pic à 130 cm au-dessus du niveau moyen de la mer, loin toutefois des 187 cm historiques (plus haut niveau depuis 1966) du 12 novembre qui avaient dévasté la ville. Une manifestation était prévue dans l'après-midi à l'appel du collectif "No Grandi Navi" (Non aux grands navires) pour dénoncer l'inaction des autorités face aux calamités qui menacent ce joyau classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Les manifestants exigent aussi un moratoire sur le projet MOSE (Moïse en italien, mais ici acronyme de Module expérimental électromécanique), le système anti-inondation toujours en construction. Les dégâts causés par la grande marée du 12 novembre sont encore difficile à évaluer avec précision mais selon les premières estimations des autorités, citées par les médias, les demandes de dommages et intérêts pourraient atteindre un milliard d'euros. (Belga)

Le Piémont subissait des pluies intenses, la situation la plus critique étant celle de la région d'Alessandria (au sud de Turin) où 200 personnes ont dû être évacuées et 600 sont isolées après le débordement de plusieurs cours d'eau. Une femme était portée disparue, selon les médias. La Ligurie voisine était toujours en alerte rouge avec des coulées de boues qui ont entraîné la fermeture de l'autoroute entre Gênes et Vintimille, à la frontière française. Plus au nord, dans le Val d'Aoste, 500 personnes ont également été évacuées après la fermeture de plusieurs axes régionaux en raison d'importants risques d'avalanches. Dix jours après une série de marées hautes inédite depuis plusieurs décennies, Venise a connu une nouvelle "acqua alta" dimanche matin avec un pic à 130 cm au-dessus du niveau moyen de la mer, loin toutefois des 187 cm historiques (plus haut niveau depuis 1966) du 12 novembre qui avaient dévasté la ville. Une manifestation était prévue dans l'après-midi à l'appel du collectif "No Grandi Navi" (Non aux grands navires) pour dénoncer l'inaction des autorités face aux calamités qui menacent ce joyau classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Les manifestants exigent aussi un moratoire sur le projet MOSE (Moïse en italien, mais ici acronyme de Module expérimental électromécanique), le système anti-inondation toujours en construction. Les dégâts causés par la grande marée du 12 novembre sont encore difficile à évaluer avec précision mais selon les premières estimations des autorités, citées par les médias, les demandes de dommages et intérêts pourraient atteindre un milliard d'euros. (Belga)