"À Pâques aussi nous devons tous rester à la maison pour notre bien et celui de nos proches et pour permettre à l'Italie de repartir le plus rapidement possible", a déclaré Mme Lamorgese dans une interview vendredi au quotidien Corriere della Sera. "C'est pour cette raison que les contrôles policiers sur les déplacements seront renforcés, pour éviter que les gens aillent dans leur résidence secondaire ou dans des localités touristiques. Ceux qui ne pourront pas justifier leur déplacement seront sanctionnés", a ajouté la ministre. La pandémie de Covid-19 a fait déjà plus de 18.000 morts en Italie où les gens sont confinés depuis un mois. Seules sont autorisées les sorties indispensables liées au travail ou à la santé. En dépit de l'interdiction pour les Italiens de quitter leur commune de résidence, les autorités craignent que les trois jours du week-end de Pâques, associés à un beau temps printanier prévu sur la péninsule, poussent les gens sur la route au risque de provoquer de nouveaux foyers d'épidémie. "Je comprends qu'enfermés à la maison et avec l'arrivée de la belle saison les Italiens aient envie de revenir à la normalité (...) mais nous ne pouvons pas baisser la garde maintenant avec des comportements irresponsables", a insisté Mme Lamorgese. Depuis le 11 mars, date du début du confinement des Italiens, les forces de l'ordre ont contrôlé près de six millions de personnes et en ont verbalisé plus de 220.000, a précisé la ministre. (Belga)

"À Pâques aussi nous devons tous rester à la maison pour notre bien et celui de nos proches et pour permettre à l'Italie de repartir le plus rapidement possible", a déclaré Mme Lamorgese dans une interview vendredi au quotidien Corriere della Sera. "C'est pour cette raison que les contrôles policiers sur les déplacements seront renforcés, pour éviter que les gens aillent dans leur résidence secondaire ou dans des localités touristiques. Ceux qui ne pourront pas justifier leur déplacement seront sanctionnés", a ajouté la ministre. La pandémie de Covid-19 a fait déjà plus de 18.000 morts en Italie où les gens sont confinés depuis un mois. Seules sont autorisées les sorties indispensables liées au travail ou à la santé. En dépit de l'interdiction pour les Italiens de quitter leur commune de résidence, les autorités craignent que les trois jours du week-end de Pâques, associés à un beau temps printanier prévu sur la péninsule, poussent les gens sur la route au risque de provoquer de nouveaux foyers d'épidémie. "Je comprends qu'enfermés à la maison et avec l'arrivée de la belle saison les Italiens aient envie de revenir à la normalité (...) mais nous ne pouvons pas baisser la garde maintenant avec des comportements irresponsables", a insisté Mme Lamorgese. Depuis le 11 mars, date du début du confinement des Italiens, les forces de l'ordre ont contrôlé près de six millions de personnes et en ont verbalisé plus de 220.000, a précisé la ministre. (Belga)