Selon le ministère de l'Intérieur, il s'agit du premier débarquement de l'année. En 2018, l'Italie avait enregistré 23.370 arrivées sur ses côtes: près de 13.000 étaient partis de Libye et les autres de Tunisie, Turquie ou Algérie. Les migrants arrivant via la Turquie sont souvent entassés sur des voiliers conduits par des passeurs ukrainiens ou russes et déposés de nuit sur des plages de la pointe sud de la péninsule. Jeudi matin vers 4H00, des habitants de Torre Melissa, en Calabre, ont été réveillés par les cris des migrants, dont le voilier s'était renversé à quelques mètres de la plage, ont rapporté les médias italiens. Grâce à la solidarité des riverains, ils ont été conduits dans un hôtel voisin pour se sécher et se réchauffer et devaient être transférés dans la journée vers un centre d'accueil. Parmi eux se trouvent six femmes et quatre enfants, dont un bébé de quelques mois. Et deux hommes soupçonnés d'avoir été les passeurs ont été interpellés. Malgré le discours de fermeté que M. Salvini a encore répété jeudi contre tout débarquement en Italie de migrants secourus au large, les arrivées se poursuivent sur les côtes. Depuis que le patron de l'extrême droite italienne en a pris la direction le 1er juin, le ministère de l'Intérieur a recensé 9.930 arrivées sur les côtes italiennes, soit une accélération de la nette baisse amorcée à l'été 2017 mais encore une moyenne de 44 migrants par jour. (Belga)

Selon le ministère de l'Intérieur, il s'agit du premier débarquement de l'année. En 2018, l'Italie avait enregistré 23.370 arrivées sur ses côtes: près de 13.000 étaient partis de Libye et les autres de Tunisie, Turquie ou Algérie. Les migrants arrivant via la Turquie sont souvent entassés sur des voiliers conduits par des passeurs ukrainiens ou russes et déposés de nuit sur des plages de la pointe sud de la péninsule. Jeudi matin vers 4H00, des habitants de Torre Melissa, en Calabre, ont été réveillés par les cris des migrants, dont le voilier s'était renversé à quelques mètres de la plage, ont rapporté les médias italiens. Grâce à la solidarité des riverains, ils ont été conduits dans un hôtel voisin pour se sécher et se réchauffer et devaient être transférés dans la journée vers un centre d'accueil. Parmi eux se trouvent six femmes et quatre enfants, dont un bébé de quelques mois. Et deux hommes soupçonnés d'avoir été les passeurs ont été interpellés. Malgré le discours de fermeté que M. Salvini a encore répété jeudi contre tout débarquement en Italie de migrants secourus au large, les arrivées se poursuivent sur les côtes. Depuis que le patron de l'extrême droite italienne en a pris la direction le 1er juin, le ministère de l'Intérieur a recensé 9.930 arrivées sur les côtes italiennes, soit une accélération de la nette baisse amorcée à l'été 2017 mais encore une moyenne de 44 migrants par jour. (Belga)