Le chef de la diplomatie jordanienne Aymane Safadi a confirmé qu'Hiba al-Labdi (24 ans) et Abdelrahmane Merhi (28 ans) allaient rentrer en Jordanie avant la fin de la semaine. Les raisons de leur détention n'ont pas été communiquées par Israël, selon la Jordanie. Le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué lundi que "le chef du Shin Bet (le service israélien de sécurité intérieure, ndlr) avait défini avec son homologue jordanien les conditions de leur libération". A Amman, le ministre jordanien des Affaires étrangères a assuré qu'"Israël s'était engagé aujourd'hui à remettre les deux citoyens jordaniens (...) au royaume avant la fin de la semaine" et que "les procédures avaient démarré pour préparer" leur retour. La Jordanie avait annoncé mardi dernier le rappel de son ambassadeur pour protester selon Amman contre le refus d'Israël de libérer Hiba al-Labdi, en grève de la faim depuis plus d'un mois et à la santé détériorée selon les médias jordaniens, et Abdelrahmane Merhi, atteint d'un cancer. Le jour même Amman annonçait l'arrestation d'un Israélien pour "entrée illégale" dans le royaume, rare incident du genre entre les deux pays. Lundi, le cabinet du Premier ministre israélien a affirmé que "la Jordanie allait renvoyer son ambassadeur en Israël dans les jours qui viennent", faisant état d'"un accord conclu entre les deux pays" dans ce sens. Selon Amman, Mme Labdi et M. Merhi ont été arrêtés respectivement en août et en septembre alors qu'ils traversaient le pont Roi Hussein (ou pont Allenby), point de passage entre la Jordanie et la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël. Depuis leur arrestation, les autorités jordaniennes ont maintes fois appelé à leur libération. Selon M. Safadi, "le gouvernement a suivi cette affaire depuis le début, avec des instructions directes du roi Abdallah II". (Belga)