Le ministère israélien des Affaires étrangères a confirmé à l'AFP cette décision. HRW, qui a établi de nombreux rapports critiques sur l'occupation israélienne des territoires palestiniens, a demandé il y a plusieurs mois un visa pour le nouveau directeur de son bureau chargé d'Israël et de la Palestine, Omar Shakir, un citoyen américain. Le 20 février, les autorités israéliennes ont répondu que cette demande avait été rejetée car, selon elles, HRW "n'est pas vraiment une organisation de défense des droits de l'Homme", a précisé HRW, basée à New York, dans un communiqué. Le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes Emmanuel Nahshon a accusé HRW d'avoir "constamment montré qu'elle était une organisation fondamentalement partiale et anti-israélienne dotée d'un ordre du jour hostile". "Nous sommes vraiment choqués", a affirmé à l'AFP Omar Shakir. "Nous travaillons dans plus de 90 pays. De nombreux gouvernements n'aiment pas nos conclusions fondées sur des recherches approfondies, mais leur réaction n'est pas de réprimer le messager". (Belga)

Le ministère israélien des Affaires étrangères a confirmé à l'AFP cette décision. HRW, qui a établi de nombreux rapports critiques sur l'occupation israélienne des territoires palestiniens, a demandé il y a plusieurs mois un visa pour le nouveau directeur de son bureau chargé d'Israël et de la Palestine, Omar Shakir, un citoyen américain. Le 20 février, les autorités israéliennes ont répondu que cette demande avait été rejetée car, selon elles, HRW "n'est pas vraiment une organisation de défense des droits de l'Homme", a précisé HRW, basée à New York, dans un communiqué. Le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes Emmanuel Nahshon a accusé HRW d'avoir "constamment montré qu'elle était une organisation fondamentalement partiale et anti-israélienne dotée d'un ordre du jour hostile". "Nous sommes vraiment choqués", a affirmé à l'AFP Omar Shakir. "Nous travaillons dans plus de 90 pays. De nombreux gouvernements n'aiment pas nos conclusions fondées sur des recherches approfondies, mais leur réaction n'est pas de réprimer le messager". (Belga)