Le procureur général Avichaï Mandelblit a inculpé jeudi Benjamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires différentes. C'est la première fois qu'un Premier ministre israélien en fonction est inculpé pour de tels faits. En outre, cette décision tombe alors que le pays attend toujours la formation d'un gouvernement après les élections législatives de septembre. Les partis de la majorité ne voient aucune raison de lâcher 'Bibi'. "Ne vous inquiétez pas, vous verrez que le Premier ministre ne laissera pas le peuple israélien dans l'embarras", a ainsi réagi sur Twitter Miki Zohar, le chef de groupe du Likoud à la Knesset. Le ministre d'extrême-droite en charge des Transports Bezalel Smotrich lui a également apporté son soutien sur Twitter. "Netanyahu est juste une excuse dans leur lutte pour faire tomber le gouvernement de droite." Benjamin Netanyahu avait déjà qualifié jeudi soir les inculpations "d'accusations fausses motivées par des considérations politiques pour faire tomber son gouvernement de droite" et même évoqué un "coup d'Etat". (Belga)

Le procureur général Avichaï Mandelblit a inculpé jeudi Benjamin Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires différentes. C'est la première fois qu'un Premier ministre israélien en fonction est inculpé pour de tels faits. En outre, cette décision tombe alors que le pays attend toujours la formation d'un gouvernement après les élections législatives de septembre. Les partis de la majorité ne voient aucune raison de lâcher 'Bibi'. "Ne vous inquiétez pas, vous verrez que le Premier ministre ne laissera pas le peuple israélien dans l'embarras", a ainsi réagi sur Twitter Miki Zohar, le chef de groupe du Likoud à la Knesset. Le ministre d'extrême-droite en charge des Transports Bezalel Smotrich lui a également apporté son soutien sur Twitter. "Netanyahu est juste une excuse dans leur lutte pour faire tomber le gouvernement de droite." Benjamin Netanyahu avait déjà qualifié jeudi soir les inculpations "d'accusations fausses motivées par des considérations politiques pour faire tomber son gouvernement de droite" et même évoqué un "coup d'Etat". (Belga)