Les députés vont pouvoir se rendre durant une journée la semaine prochaine à titre de test sur cette esplanade, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré pour les juifs qui l'appellent le Mont du Temple, a indiqué à l'AFP un responsable du bureau du Premier ministre. "Après consultations avec les responsables des services de sécurité, le Premier ministre a décidé de permettre des visites de députés sur le Mont du Temple durant une journée, à ce stade, le mardi 29 août", a-t-on ajouté de même source. "La décision a été prise au vu de l'amélioration de la situation de la sécurité sur le site", a poursuivi ce responsable. Benjamin Netanyahu avait donné comme instruction à la police en octobre 2015 d'interdire aux parlementaires de se rendre sur l'esplanade des Mosquées située à Jérusalem-est annexée et qui abrite la Mosquée al-Aqsa et le Dôme du Rocher. Cette mesure avait été prise pour tenter d'apaiser les violences suscitées par la crainte des Palestiniens de voir Israël prendre le contrôle total de l'esplanade. Le Premier ministre a assuré à de multiples reprises qu'il n'avait pas l'intention de remettre en cause le statu quo sur ce site au centre du conflit israélo-palestinien. Ce statu quo stipule notamment que les juifs ont le droit de se rendre sur l'esplanade, mais pas d'y prier. (Belga)

Les députés vont pouvoir se rendre durant une journée la semaine prochaine à titre de test sur cette esplanade, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré pour les juifs qui l'appellent le Mont du Temple, a indiqué à l'AFP un responsable du bureau du Premier ministre. "Après consultations avec les responsables des services de sécurité, le Premier ministre a décidé de permettre des visites de députés sur le Mont du Temple durant une journée, à ce stade, le mardi 29 août", a-t-on ajouté de même source. "La décision a été prise au vu de l'amélioration de la situation de la sécurité sur le site", a poursuivi ce responsable. Benjamin Netanyahu avait donné comme instruction à la police en octobre 2015 d'interdire aux parlementaires de se rendre sur l'esplanade des Mosquées située à Jérusalem-est annexée et qui abrite la Mosquée al-Aqsa et le Dôme du Rocher. Cette mesure avait été prise pour tenter d'apaiser les violences suscitées par la crainte des Palestiniens de voir Israël prendre le contrôle total de l'esplanade. Le Premier ministre a assuré à de multiples reprises qu'il n'avait pas l'intention de remettre en cause le statu quo sur ce site au centre du conflit israélo-palestinien. Ce statu quo stipule notamment que les juifs ont le droit de se rendre sur l'esplanade, mais pas d'y prier. (Belga)