"Une roquette a été tirée depuis Gaza vers le territoire israélien", a indiqué l'armée dans un message à la presse. Contactée par l'AFP, une porte-parole de l'armée a précisé que le projectile s'était abattu dans un terrain vague dans le sud du pays. Peu avant ce tir, non revendiqué pour le moment, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se trouvait dans la ville de Bersheeva, situé à une cinquantaine de kilomètres de la bande de Gaza, dans le désert du Néguev (sud), pour appeler la population locale à voter pour lui pour les législatives de mardi. Lors des élections de septembre 2019, le Jihad islamique, second mouvement armé de la bande de Gaza, après le Hamas qui dirige cette enclave, avait tiré une roquette en direction d'un meeting en Israël du Premier ministre. Cette frappe n'avait pas atteint le rassemblement, mais avait forcé l'évacuation d'urgence de M. Netanyahu. Deux mois après cet incident, l'armée israélienne avait lancé une opération ciblée contre Baha Abou al-Ata, commandant du Jihad islamique considéré comme responsable de ce tir de roquette. Dans la foulée de l'assassinat ciblé de son commandant, le Jihad islamique avait lancé des centaines de roquettes vers Israël qui avait répliqué avec des frappes contre ce territoire palestinien de deux millions d'habitants. (Belga)

"Une roquette a été tirée depuis Gaza vers le territoire israélien", a indiqué l'armée dans un message à la presse. Contactée par l'AFP, une porte-parole de l'armée a précisé que le projectile s'était abattu dans un terrain vague dans le sud du pays. Peu avant ce tir, non revendiqué pour le moment, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se trouvait dans la ville de Bersheeva, situé à une cinquantaine de kilomètres de la bande de Gaza, dans le désert du Néguev (sud), pour appeler la population locale à voter pour lui pour les législatives de mardi. Lors des élections de septembre 2019, le Jihad islamique, second mouvement armé de la bande de Gaza, après le Hamas qui dirige cette enclave, avait tiré une roquette en direction d'un meeting en Israël du Premier ministre. Cette frappe n'avait pas atteint le rassemblement, mais avait forcé l'évacuation d'urgence de M. Netanyahu. Deux mois après cet incident, l'armée israélienne avait lancé une opération ciblée contre Baha Abou al-Ata, commandant du Jihad islamique considéré comme responsable de ce tir de roquette. Dans la foulée de l'assassinat ciblé de son commandant, le Jihad islamique avait lancé des centaines de roquettes vers Israël qui avait répliqué avec des frappes contre ce territoire palestinien de deux millions d'habitants. (Belga)