Le bureau de presse du gouvernement israélien (GPO) a annoncé avoir décidé de révoquer la carte délivrée à Elias Karram. Cette révocation est encore soumise à un entretien préalable avec le journaliste. Le GPO invoque des propos tenus par Elias Karram en 2016 et mettant en doute, selon le bureau de presse, sa neutralité dans la couverture du conflit israélo-palestinien. Cette sanction est la première mesure concrète annoncée contre un journaliste de la chaîne depuis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé le 26 juillet sa volonté d'expulser la chaîne, qu'il accusait d'inciter à la violence. L'esplanade des Mosquées à Jérusalem était alors en proie à un nouvel accès de fièvre entre Israéliens et Palestiniens, provoqué par la décision israélienne d'installer des détecteurs de métaux aux entrées du site. Cette décision faisait suite à l'assassinat de deux policiers israéliens près de l'esplanade le 14 juillet. (Belga)

Le bureau de presse du gouvernement israélien (GPO) a annoncé avoir décidé de révoquer la carte délivrée à Elias Karram. Cette révocation est encore soumise à un entretien préalable avec le journaliste. Le GPO invoque des propos tenus par Elias Karram en 2016 et mettant en doute, selon le bureau de presse, sa neutralité dans la couverture du conflit israélo-palestinien. Cette sanction est la première mesure concrète annoncée contre un journaliste de la chaîne depuis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé le 26 juillet sa volonté d'expulser la chaîne, qu'il accusait d'inciter à la violence. L'esplanade des Mosquées à Jérusalem était alors en proie à un nouvel accès de fièvre entre Israéliens et Palestiniens, provoqué par la décision israélienne d'installer des détecteurs de métaux aux entrées du site. Cette décision faisait suite à l'assassinat de deux policiers israéliens près de l'esplanade le 14 juillet. (Belga)