Israël avait fermé Kerem Shalom, seul point de passage israélien pour les marchandises vers la bande de Gaza, lors de la guerre de 11 jours l'opposant en mai au Hamas, pour le rouvrir progressivement après les affrontements meurtriers. Idem pour la zone de pêche de ce territoire enclavé de deux millions d'habitants sous blocus israélien depuis 2007. Mais mercredi matin, le Cogat, l'organe israélien chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens, a annoncé "qu'après une évaluation sécuritaire et validation de l'échelon politique, il avait été décidé d'étendre à 15 miles nautiques la zone de pêche de Gaza", son étendue maximum sous le blocus, et de rouvrir "complètement" le point de passage de Kerem Shalom. L'Etat hébreu va aussi acheminer davantage d'eau à Gaza et faire passer de 2.000 à 7.000 le nombre de permis pour les commerçants de la bande de Gaza les autorisant à traverser le point de passage d'Erez, le seul permettant aux Palestiniens de cette enclave d'entrer ou de transiter par Israël, a ajouté le Cogat. Ces mesures sont "conditionnelles" au maintien de la sécurité dans l'enclave, a-t-il précisé. L'annonce intervient deux jours après le décès d'un tireur d'élite israélien, blessé dans des affrontements entre manifestants palestiniens et forces israéliennes le long de l'enclave, et une rencontre à Ramallah, en Cisjordanie occupée, entre le président palestinien Mahmoud Abbas et le ministre israélien de la Défense Benny Gantz, la première à ce niveau depuis des années, pour discuter de sécurité et d'économie. Leur rencontre a eu lieu peu après celle à Washington entre le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le président américain Joe Biden, ainsi qu'un accord entre Israël et le Qatar sur un nouveau système de distribution de l'aide qatarie, qui se chiffre en dizaines de millions de dollars par mois, à la bande de Gaza. Cette aide mensuelle était bloquée depuis mai par l'Etat hébreu qui reprochait au Hamas de la détourner à des fins militaires, ce que le mouvement islamiste armé nie. Selon les termes du nouvel accord, la distribution de l'aide qatarie à Gaza se fera désormais via l'intermédiaire de l'ONU. (Belga)

Israël avait fermé Kerem Shalom, seul point de passage israélien pour les marchandises vers la bande de Gaza, lors de la guerre de 11 jours l'opposant en mai au Hamas, pour le rouvrir progressivement après les affrontements meurtriers. Idem pour la zone de pêche de ce territoire enclavé de deux millions d'habitants sous blocus israélien depuis 2007. Mais mercredi matin, le Cogat, l'organe israélien chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens, a annoncé "qu'après une évaluation sécuritaire et validation de l'échelon politique, il avait été décidé d'étendre à 15 miles nautiques la zone de pêche de Gaza", son étendue maximum sous le blocus, et de rouvrir "complètement" le point de passage de Kerem Shalom. L'Etat hébreu va aussi acheminer davantage d'eau à Gaza et faire passer de 2.000 à 7.000 le nombre de permis pour les commerçants de la bande de Gaza les autorisant à traverser le point de passage d'Erez, le seul permettant aux Palestiniens de cette enclave d'entrer ou de transiter par Israël, a ajouté le Cogat. Ces mesures sont "conditionnelles" au maintien de la sécurité dans l'enclave, a-t-il précisé. L'annonce intervient deux jours après le décès d'un tireur d'élite israélien, blessé dans des affrontements entre manifestants palestiniens et forces israéliennes le long de l'enclave, et une rencontre à Ramallah, en Cisjordanie occupée, entre le président palestinien Mahmoud Abbas et le ministre israélien de la Défense Benny Gantz, la première à ce niveau depuis des années, pour discuter de sécurité et d'économie. Leur rencontre a eu lieu peu après celle à Washington entre le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le président américain Joe Biden, ainsi qu'un accord entre Israël et le Qatar sur un nouveau système de distribution de l'aide qatarie, qui se chiffre en dizaines de millions de dollars par mois, à la bande de Gaza. Cette aide mensuelle était bloquée depuis mai par l'Etat hébreu qui reprochait au Hamas de la détourner à des fins militaires, ce que le mouvement islamiste armé nie. Selon les termes du nouvel accord, la distribution de l'aide qatarie à Gaza se fera désormais via l'intermédiaire de l'ONU. (Belga)