"Nous devrions avoir un plat de plus au menu (de l'élection) présidentielle, pour que les électeurs aient d'avantage de choix", a justifié M. Oddsson, 68 ans, sur la radio Bylgjan. "Mon expérience et mon expertise (...) pourraient s'avérer utiles dans l'exercice de ces fonctions", a-t-il ajouté. Maire de Reykjavik de 1982 à 1991, puis chef du gouvernement entre 1991 et 2004, M. Oddsson dirige la rédaction de l'influent quotidien Morgunbladid depuis 2009. Artisan de la dérégulation financière des années 1990, il a été accusé par une commission d'enquête d'avoir contribué à précipiter la faillite des trois grandes banques islandaises à son poste de gouverneur de la banque centrale (2005-2009). Après une série de manifestations durant l'hiver 2008-2009, le Premier ministre conservateur Geir Haarde avait démissionné et le gouvernement de gauche qui l'avait remplacé, le premier de l'histoire de l'Islande, avait immédiatement chassé David Oddsson. Il aura face à lui le 25 juin, M. Grimsson, 72 ans, qui avait annoncé en avril qu'il serait candidat à sa propre succession, pour un sixième mandat consécutif, alors qu'il avait déjà fait connaître son intention de laisser la place. Il a expliqué qu'il ne souhaitait pas livrer au chaos l'Islande après la démission du Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson, empêtré dans le scandale des Panama Papers. (Belga)

"Nous devrions avoir un plat de plus au menu (de l'élection) présidentielle, pour que les électeurs aient d'avantage de choix", a justifié M. Oddsson, 68 ans, sur la radio Bylgjan. "Mon expérience et mon expertise (...) pourraient s'avérer utiles dans l'exercice de ces fonctions", a-t-il ajouté. Maire de Reykjavik de 1982 à 1991, puis chef du gouvernement entre 1991 et 2004, M. Oddsson dirige la rédaction de l'influent quotidien Morgunbladid depuis 2009. Artisan de la dérégulation financière des années 1990, il a été accusé par une commission d'enquête d'avoir contribué à précipiter la faillite des trois grandes banques islandaises à son poste de gouverneur de la banque centrale (2005-2009). Après une série de manifestations durant l'hiver 2008-2009, le Premier ministre conservateur Geir Haarde avait démissionné et le gouvernement de gauche qui l'avait remplacé, le premier de l'histoire de l'Islande, avait immédiatement chassé David Oddsson. Il aura face à lui le 25 juin, M. Grimsson, 72 ans, qui avait annoncé en avril qu'il serait candidat à sa propre succession, pour un sixième mandat consécutif, alors qu'il avait déjà fait connaître son intention de laisser la place. Il a expliqué qu'il ne souhaitait pas livrer au chaos l'Islande après la démission du Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson, empêtré dans le scandale des Panama Papers. (Belga)