Ces derniers désigneraient ensuite par cooptation les 17 membres de l'Exécutif. Ce faisant, dénonce l'Alternative démocratique des musulmans de Belgique, la Belgique remet les clés de l'islam de Belgique au Maroc et à la Turquie qui contrôlent la majorité des mosquées par le biais d'imams détachés, sans égard pour d'autres franges de la communauté mieux insérées dans le tissu social, comme les enseignants de religion islamique ou les aumôniers de prison.