"C'est avec optimisme pour l'avenir et en reconnaissant les défis auxquels l'Irlande du Nord est confrontée qu'aujourd'hui, je propose ma candidature à la direction du Parti unioniste démocrate", a annoncé dans un communiqué Jeffrey Donaldson. Il avait précédemment indiqué que s'il était choisi pour diriger la formation unioniste, il renoncerait à son poste de député à Westminster et deviendrait chef du gouvernement d'Irlande du Nord. Les candidats à la tête du DUP ont jusqu'à mardi 11h00 GMT (13h00 HB) pour se faire connaître, et M. Donaldson est pour l'instant le seul en lice. Le chef de cette formation ultraconservatrice, Edwin Poots, avait annoncé sa démission la semaine dernière, après trois semaines seulement à son poste. M. Poots avait été victime d'une fronde interne, comme celle qui avait visé sa prédécesseure Arlene Foster, accusée d'avoir permis la mise en place de contrôles douaniers pour les approvisionnements de marchandises venant de Grande-Bretagne, de l'autre côté de la mer d'Irlande. Autrement dit: une frontière au sein du Royaume-Uni. Edwin Poots avait nommé un fidèle, Paul Givan, pour occuper le poste de Premier ministre de la province, entré en fonction jeudi. Mais les concessions de dernière minute accordées au Sinn Fein pour permettre de s'entendre sur un nouveau gouvernement partagé, comme le prévoit l'accord de paix de 1998 ayant mis fin à 30 ans de Troubles entre unionistes et républicains, ont provoqué la colère de son camp. Le contexte est tendu dans la province britannique de 1,9 million d'habitants. Les unionistes sont furieux du protocole nord-irlandais négocié dans le cadre du Brexit, qui remet en cause selon eux la place de la province au sein du Royaume-Uni. Visant à éviter le retour d'une frontière physique avec la République d'Irlande, cet accord maintient l'Irlande du Nord dans le marché unique et l'union douanière européens pour les marchandises. Le protocole nord-irlandais est le "problème numéro un", a dénoncé lundi Jeffrey Donaldson, promettant, s'il est élu, de veiller "à ce que le gouvernement ne se contente pas d'écouter, mais reconnaisse la nécessité de prendre des mesures décisives pour s'occuper rapidement du protocole". Le Premier ministre nord-irlandais Paul Givan a assuré que M. Donaldson aurait son soutien s'il devient chef du DUP. (Belga)

"C'est avec optimisme pour l'avenir et en reconnaissant les défis auxquels l'Irlande du Nord est confrontée qu'aujourd'hui, je propose ma candidature à la direction du Parti unioniste démocrate", a annoncé dans un communiqué Jeffrey Donaldson. Il avait précédemment indiqué que s'il était choisi pour diriger la formation unioniste, il renoncerait à son poste de député à Westminster et deviendrait chef du gouvernement d'Irlande du Nord. Les candidats à la tête du DUP ont jusqu'à mardi 11h00 GMT (13h00 HB) pour se faire connaître, et M. Donaldson est pour l'instant le seul en lice. Le chef de cette formation ultraconservatrice, Edwin Poots, avait annoncé sa démission la semaine dernière, après trois semaines seulement à son poste. M. Poots avait été victime d'une fronde interne, comme celle qui avait visé sa prédécesseure Arlene Foster, accusée d'avoir permis la mise en place de contrôles douaniers pour les approvisionnements de marchandises venant de Grande-Bretagne, de l'autre côté de la mer d'Irlande. Autrement dit: une frontière au sein du Royaume-Uni. Edwin Poots avait nommé un fidèle, Paul Givan, pour occuper le poste de Premier ministre de la province, entré en fonction jeudi. Mais les concessions de dernière minute accordées au Sinn Fein pour permettre de s'entendre sur un nouveau gouvernement partagé, comme le prévoit l'accord de paix de 1998 ayant mis fin à 30 ans de Troubles entre unionistes et républicains, ont provoqué la colère de son camp. Le contexte est tendu dans la province britannique de 1,9 million d'habitants. Les unionistes sont furieux du protocole nord-irlandais négocié dans le cadre du Brexit, qui remet en cause selon eux la place de la province au sein du Royaume-Uni. Visant à éviter le retour d'une frontière physique avec la République d'Irlande, cet accord maintient l'Irlande du Nord dans le marché unique et l'union douanière européens pour les marchandises. Le protocole nord-irlandais est le "problème numéro un", a dénoncé lundi Jeffrey Donaldson, promettant, s'il est élu, de veiller "à ce que le gouvernement ne se contente pas d'écouter, mais reconnaisse la nécessité de prendre des mesures décisives pour s'occuper rapidement du protocole". Le Premier ministre nord-irlandais Paul Givan a assuré que M. Donaldson aurait son soutien s'il devient chef du DUP. (Belga)