La commission officielle chargée d'enquêter sur cette affaire a indiqué vendredi qu'une "quantité importante" de restes d'enfants avaient été exhumés dans l'ancien foyer St Mary des soeurs du Bon Secours à Tuam, dans l'ouest de l'île. Elle a qualifié la découverte de "choquante", dans un communiqué. Le gouvernement avait mis sur pied cette commission en 2014 après les révélations d'une historienne, Catherine Corless. Celle-ci avait étudié les avis de décès de 797 enfants, des bébés pour la plupart, décédés dans ce foyer, mais n'avait trouvé qu'une seule tombe correspondante dans le cimetière local. L'historienne en avait conclu que les bébés, dont la plupart sont morts de malnutrition et de maladies infectieuses comme la tuberculose selon les archives du foyer, avaient été enterrés dans une fosse sur place et privés de sépulture chrétienne. Des excavations menées ces derniers mois ont révélé l'existence d'une crypte de vingt chambres, dont au moins dix-sept contenaient des restes humains. Au total, ce sont dix-huit foyers gérés par les institutions catholiques qui sont visés par l'enquête de la commission pour des faits couvrant une période allant de 1922 à 1998. On estime à environ 35.000 le nombre de femmes tombées enceintes hors mariage qui y ont résidé. (Belga)

La commission officielle chargée d'enquêter sur cette affaire a indiqué vendredi qu'une "quantité importante" de restes d'enfants avaient été exhumés dans l'ancien foyer St Mary des soeurs du Bon Secours à Tuam, dans l'ouest de l'île. Elle a qualifié la découverte de "choquante", dans un communiqué. Le gouvernement avait mis sur pied cette commission en 2014 après les révélations d'une historienne, Catherine Corless. Celle-ci avait étudié les avis de décès de 797 enfants, des bébés pour la plupart, décédés dans ce foyer, mais n'avait trouvé qu'une seule tombe correspondante dans le cimetière local. L'historienne en avait conclu que les bébés, dont la plupart sont morts de malnutrition et de maladies infectieuses comme la tuberculose selon les archives du foyer, avaient été enterrés dans une fosse sur place et privés de sépulture chrétienne. Des excavations menées ces derniers mois ont révélé l'existence d'une crypte de vingt chambres, dont au moins dix-sept contenaient des restes humains. Au total, ce sont dix-huit foyers gérés par les institutions catholiques qui sont visés par l'enquête de la commission pour des faits couvrant une période allant de 1922 à 1998. On estime à environ 35.000 le nombre de femmes tombées enceintes hors mariage qui y ont résidé. (Belga)