"La vengeance est inévitable. Le meurtrier de Soleimani et celui qui a ordonné le meurtre doivent subir la vengeance", indique le message en persan publié jeudi peu avant minuit par @khamenei_site, compte d'un site internet de l'ayatollah Ali Khamenei. Ces propos, tenus par le passé par le numéro un iranien, sont accompagnés d'un photomontage montrant Donald Trump jouant sur un golf en bord de mer que survole un aéronef de forme triangulaire dont on ne voit que l'ombre projetée sur le green. Architecte de la stratégie d'influence régionale de l'Iran, le général Qassem Soleimani était le chef de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique. Il a été éliminé le 3 janvier 2020 à Bagdad par une frappe de drone américain ordonnée par Donald Trump. Ce dernier a quitté ses fonctions mercredi pour laisser la place à son successeur Joe Biden, et s'est retiré dans son golf de Mar-a-Lago en Floride (Sud-Est des Etats-Unis). Le guide suprême a promis et répété que la mort de Soleimani serait vengée. Le 1er janvier, lors d'une cérémonie à la mémoire de l'officier, le chef de l'Autorité judiciaire iranienne, Ebrahim Raïssi, avait déclaré que ses assassins ne seraient "nulle part en sécurité sur cette terre". (Belga)

"La vengeance est inévitable. Le meurtrier de Soleimani et celui qui a ordonné le meurtre doivent subir la vengeance", indique le message en persan publié jeudi peu avant minuit par @khamenei_site, compte d'un site internet de l'ayatollah Ali Khamenei. Ces propos, tenus par le passé par le numéro un iranien, sont accompagnés d'un photomontage montrant Donald Trump jouant sur un golf en bord de mer que survole un aéronef de forme triangulaire dont on ne voit que l'ombre projetée sur le green. Architecte de la stratégie d'influence régionale de l'Iran, le général Qassem Soleimani était le chef de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique. Il a été éliminé le 3 janvier 2020 à Bagdad par une frappe de drone américain ordonnée par Donald Trump. Ce dernier a quitté ses fonctions mercredi pour laisser la place à son successeur Joe Biden, et s'est retiré dans son golf de Mar-a-Lago en Floride (Sud-Est des Etats-Unis). Le guide suprême a promis et répété que la mort de Soleimani serait vengée. Le 1er janvier, lors d'une cérémonie à la mémoire de l'officier, le chef de l'Autorité judiciaire iranienne, Ebrahim Raïssi, avait déclaré que ses assassins ne seraient "nulle part en sécurité sur cette terre". (Belga)