L'alourdissement du bilan, par rapport aux derniers chiffres publiés le 17 novembre (436 morts), s'explique par le décès de personnes blessées par la catastrophe et l'identification de victimes qui avaient été enterrées à la hâte, selon Irna et d'autres médias iraniens. Un violent séisme de magnitude 7,3 a été ressenti dans la nuit du 12 au 13 novembre sur toute la façade occidentale de l'Iran. Toutes les victimes iraniennes ont été recensées dans la province de Kermanshah, frontalière de l'Irak, où la catastrophe a fait huit morts. En Iran, le tremblement de terre a fait quelque 8.000 blessés et détruit ou endommagé environ 30.000 logements, selon les chiffres officiels. (Belga)

L'alourdissement du bilan, par rapport aux derniers chiffres publiés le 17 novembre (436 morts), s'explique par le décès de personnes blessées par la catastrophe et l'identification de victimes qui avaient été enterrées à la hâte, selon Irna et d'autres médias iraniens. Un violent séisme de magnitude 7,3 a été ressenti dans la nuit du 12 au 13 novembre sur toute la façade occidentale de l'Iran. Toutes les victimes iraniennes ont été recensées dans la province de Kermanshah, frontalière de l'Irak, où la catastrophe a fait huit morts. En Iran, le tremblement de terre a fait quelque 8.000 blessés et détruit ou endommagé environ 30.000 logements, selon les chiffres officiels. (Belga)