Le CICR ne précise pas s'il s'agissait d'une ou de plusieurs attaques à l'arme chimique ni qui en était responsable. Interrogés, plusieurs responsables militaires irakiens ont affirmé ne pas être au courant d'attaques récentes à l'arme chimique dans la zone de Mossoul, où l'armée se heurte à une forte résistance des djihadistes alors qu'elle mène une vaste offensive pour reprendre au groupe Etat islamique (EI) son principal bastion en Irak. L'EI a eu recours à plusieurs reprises aux armes chimiques contre les forces irakiennes depuis qu'il s'est emparé de larges pans du pays en 2014. Le directeur du CICR pour le Moyen-Orient a affirmé vendredi qu'"au cours des deux derniers jours, cinq enfants et deux femmes avaient été hospitalisés -dans un établissement proche de Mossoul- avec des symptômes cliniques liés à une exposition à un agent chimique foudroyant". "L'utilisation d'armes chimiques est absolument interdite par le droit humanitaire international. Nous sommes profondément alarmés par ce que nos collègues ont vu et nous condamnons fortement toute utilisation d'armes chimiques, par quiconque et où que ce soit", asouligné Robert Mardini dans un communiqué. (Belga)

Le CICR ne précise pas s'il s'agissait d'une ou de plusieurs attaques à l'arme chimique ni qui en était responsable. Interrogés, plusieurs responsables militaires irakiens ont affirmé ne pas être au courant d'attaques récentes à l'arme chimique dans la zone de Mossoul, où l'armée se heurte à une forte résistance des djihadistes alors qu'elle mène une vaste offensive pour reprendre au groupe Etat islamique (EI) son principal bastion en Irak. L'EI a eu recours à plusieurs reprises aux armes chimiques contre les forces irakiennes depuis qu'il s'est emparé de larges pans du pays en 2014. Le directeur du CICR pour le Moyen-Orient a affirmé vendredi qu'"au cours des deux derniers jours, cinq enfants et deux femmes avaient été hospitalisés -dans un établissement proche de Mossoul- avec des symptômes cliniques liés à une exposition à un agent chimique foudroyant". "L'utilisation d'armes chimiques est absolument interdite par le droit humanitaire international. Nous sommes profondément alarmés par ce que nos collègues ont vu et nous condamnons fortement toute utilisation d'armes chimiques, par quiconque et où que ce soit", asouligné Robert Mardini dans un communiqué. (Belga)