Jeudi, dans le sud pauvre et marginalisé d'un pays pourtant riche en hydrocarbures, le gouverneur de la province de Nassiriya avait lui aussi annoncé sa démission, au lendemain de manifestations violemment réprimées dans ce bastion de la contestation antipouvoir. Le gouverneur de Najaf, une des villes sacrées de l'Islam chiite, a annoncé vendredi en conférence de presse sa démission, selon l'agence de presse étatique INA. Son départ intervient après les virulentes critiques d'un baron de la politique irakienne, le religieux chiite Moqtada Sadr, grand vainqueur des dernières législatives. M. Sadr avait effectué mercredi une visite médiatisée à la mairie de Najaf après "des informations faisant état de faits de corruption et de manquements dans cette institution", selon l'agence INA. "Nous allons oeuvrer à faire révoquer le gouverneur de Najaf et le remplacer par des moyens légaux", avait lancé M. Sadr. Vendredi soir, le politicien a salué dans un communiqué la démission, y voyant "un pas dans la bonne voie". Ces dernières semaines, Najaf a connu des manifestations sporadiques, à l'instar de mobilisations similaires dans la province voisine de Diwaniya, ou encore celle de Nassiriya, les contestataires dénonçant des conditions de vie difficiles et réclamant des emplois pour les jeunes diplômés. Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi avait présidé mercredi une réunion sécuritaire pour discuter de ces manifestations, réitérant la nécessité "de ne pas recourir à la force ni tirer par balles". Le lendemain, le gouverneur de Nassiriya Ahmed Ghani Khafaji avait présenté sa démission, un jour après des rassemblements durant lesquels trois personnes avaient été blessées par balles, selon une source médicale. A l'automne 2019, l'Irak a été secoué par un immense et inédit mouvement de protestation qui a vu des milliers de manifestants à travers le pays battre le pavé pour dénoncer pêle-mêle le chômage des jeunes, des infrastructures en déliquescence et la corruption endémique. Réprimé dans le sang, paralysé par la pandémie, le mouvement s'est essoufflé. Plus de 600 personnes ont été tuées et des dizaines de milliers blessées. (Belga)

Jeudi, dans le sud pauvre et marginalisé d'un pays pourtant riche en hydrocarbures, le gouverneur de la province de Nassiriya avait lui aussi annoncé sa démission, au lendemain de manifestations violemment réprimées dans ce bastion de la contestation antipouvoir. Le gouverneur de Najaf, une des villes sacrées de l'Islam chiite, a annoncé vendredi en conférence de presse sa démission, selon l'agence de presse étatique INA. Son départ intervient après les virulentes critiques d'un baron de la politique irakienne, le religieux chiite Moqtada Sadr, grand vainqueur des dernières législatives. M. Sadr avait effectué mercredi une visite médiatisée à la mairie de Najaf après "des informations faisant état de faits de corruption et de manquements dans cette institution", selon l'agence INA. "Nous allons oeuvrer à faire révoquer le gouverneur de Najaf et le remplacer par des moyens légaux", avait lancé M. Sadr. Vendredi soir, le politicien a salué dans un communiqué la démission, y voyant "un pas dans la bonne voie". Ces dernières semaines, Najaf a connu des manifestations sporadiques, à l'instar de mobilisations similaires dans la province voisine de Diwaniya, ou encore celle de Nassiriya, les contestataires dénonçant des conditions de vie difficiles et réclamant des emplois pour les jeunes diplômés. Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi avait présidé mercredi une réunion sécuritaire pour discuter de ces manifestations, réitérant la nécessité "de ne pas recourir à la force ni tirer par balles". Le lendemain, le gouverneur de Nassiriya Ahmed Ghani Khafaji avait présenté sa démission, un jour après des rassemblements durant lesquels trois personnes avaient été blessées par balles, selon une source médicale. A l'automne 2019, l'Irak a été secoué par un immense et inédit mouvement de protestation qui a vu des milliers de manifestants à travers le pays battre le pavé pour dénoncer pêle-mêle le chômage des jeunes, des infrastructures en déliquescence et la corruption endémique. Réprimé dans le sang, paralysé par la pandémie, le mouvement s'est essoufflé. Plus de 600 personnes ont été tuées et des dizaines de milliers blessées. (Belga)