"La fosse commune contient les corps de 73 personnes, hommes, femmes et enfants, exécutées par le groupe Etat Islamique durant son contrôle de la région", a affirmé à l'AFP Chokor Melhem Elias, responsable de la localité de Qahtaniyya, à Sinjar, située à 80 km à l'ouest de Mossoul. La fosse commune a été découverte à Ramboussi, une petite localité située à 5 km de Qahtaniyya. Le responsable de la région de Sinjar Mahma Khalil a dit à l'AFP que, depuis 2015, "37 charniers ont été découverts dans différents secteurs" et "toutes les victimes sont des yazidis". Il a critiqué "l'échec des gouvernements fédéral et kurde à fournir une assistance aux familles des victimes". En 2014, des djihadistes avaient tué des milliers de yazidis dans leur fief du mont Sinjar, et enlevé des milliers de femmes et d'adolescentes, pour les réduire à l'état d'esclaves sexuelles. Environ 3.000 d'entre elles seraient encore en captivité, selon un rapport récent de la mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak et le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU. Les forces kurdes appuyées par la coalition ont repris Sinjar en novembre 2015. Le mois dernier, les forces irakiennes ont à leur tour repris aux Kurdes le fief yazidi de Sinjar. Monothéistes, les yazidis, une minorité kurdophone adepte d'une religion ésotérique, croient au Dieu unique et au "chef des anges" représenté par un paon. (Belga)

"La fosse commune contient les corps de 73 personnes, hommes, femmes et enfants, exécutées par le groupe Etat Islamique durant son contrôle de la région", a affirmé à l'AFP Chokor Melhem Elias, responsable de la localité de Qahtaniyya, à Sinjar, située à 80 km à l'ouest de Mossoul. La fosse commune a été découverte à Ramboussi, une petite localité située à 5 km de Qahtaniyya. Le responsable de la région de Sinjar Mahma Khalil a dit à l'AFP que, depuis 2015, "37 charniers ont été découverts dans différents secteurs" et "toutes les victimes sont des yazidis". Il a critiqué "l'échec des gouvernements fédéral et kurde à fournir une assistance aux familles des victimes". En 2014, des djihadistes avaient tué des milliers de yazidis dans leur fief du mont Sinjar, et enlevé des milliers de femmes et d'adolescentes, pour les réduire à l'état d'esclaves sexuelles. Environ 3.000 d'entre elles seraient encore en captivité, selon un rapport récent de la mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak et le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU. Les forces kurdes appuyées par la coalition ont repris Sinjar en novembre 2015. Le mois dernier, les forces irakiennes ont à leur tour repris aux Kurdes le fief yazidi de Sinjar. Monothéistes, les yazidis, une minorité kurdophone adepte d'une religion ésotérique, croient au Dieu unique et au "chef des anges" représenté par un paon. (Belga)