Dans la nuit, des manifestants ont tenté d'incendier la représentation diplomatique de l'Iran, pays voisin et grand parrain de la politique irakienne, à Kerbala, ville sainte chiite visitée chaque année par des millions de pèlerins iraniens. Ils ont déployé des drapeaux irakiens sur le mur d'enceinte du consulat, où ils ont écrit "Kerbala libre, Iran dehors". Les forces de l'ordre ont répliqué avec des rafales de balles réelles, qui ont fait quatre morts, selon des cadres de la médecine légale de la ville à 100 kilomètres au sud de Bagdad. Depuis quelques jours, la colère des protestataires qui réclament "la chute du régime" se concentre sur l'Iran, l'une des deux puissances agissantes en Irak avec les Etats-Unis. A Bagdad et dans le sud du pays, la plupart des écoles publiques n'ouvrent plus leurs portes, tandis qu'à Diwaniya, à 200 kilomètres au sud de la capitale, des cortèges de manifestants ont accroché d'immenses banderoles "Fermé au nom du peuple" sur l'ensemble des bâtiments publics de la ville. Ailleurs dans le pays, les actions de désobéissance civile se multiplient, tandis que plusieurs syndicats ont déclaré la grève générale. (Belga)