A nouveau interrogé sur cette interdiction, qui a suscité de nombreuses critiques au sein du secteur, le ministre a tenu à justifier cette décision. "Les conditions de réouverture de l'horeca le 8 mai ont fait l'objet d'un consensus au comité de concertation, sur base d'une combinaison d'une série d'éléments scientifiques et pratiques. On le sait, le virus se transmet par gouttelettes et aérosols, c'est pourquoi on donne la préférence à la réouverture des activités en extérieur et à la ventilation. (...) Sans aucun doute, le plexiglas peut contribuer à la suppression des grandes gouttes. Mais il faut aussi faire attention au fait, qu'en posant des plaques de plexiglas, on ne crée pas un espace fermé", a-t-il observé. "Se poserait alors le problème des aérosols". Frank Vandenbroucke a également évoqué un deuxième argument ayant mené à cette interdiction: "on ne voulait pas d'une trop grande concentration de personnes sur les terrasses, pas trop de gens entassés, et on voulait que le personnel puisse se déplacer de façon sûre." "Mais cette une règle qui peut évoluer", a-t-il conclu. "Le plexiglas n'avait pas été pris en compte pour la réouverture le 8 mai et on campe sur cette position provisoirement. Pour le 9 juin, (réouverture possible de l'Horeca à l'intérieur), on ne part pas du principe qu'il y aura du plexiglas". De manière générale, le ministre s'est dit "optimiste sur la façon dont nous sommes en train de lutter contre l'épidémie". "Les chiffres sont clairement meilleurs." (Belga)

A nouveau interrogé sur cette interdiction, qui a suscité de nombreuses critiques au sein du secteur, le ministre a tenu à justifier cette décision. "Les conditions de réouverture de l'horeca le 8 mai ont fait l'objet d'un consensus au comité de concertation, sur base d'une combinaison d'une série d'éléments scientifiques et pratiques. On le sait, le virus se transmet par gouttelettes et aérosols, c'est pourquoi on donne la préférence à la réouverture des activités en extérieur et à la ventilation. (...) Sans aucun doute, le plexiglas peut contribuer à la suppression des grandes gouttes. Mais il faut aussi faire attention au fait, qu'en posant des plaques de plexiglas, on ne crée pas un espace fermé", a-t-il observé. "Se poserait alors le problème des aérosols". Frank Vandenbroucke a également évoqué un deuxième argument ayant mené à cette interdiction: "on ne voulait pas d'une trop grande concentration de personnes sur les terrasses, pas trop de gens entassés, et on voulait que le personnel puisse se déplacer de façon sûre." "Mais cette une règle qui peut évoluer", a-t-il conclu. "Le plexiglas n'avait pas été pris en compte pour la réouverture le 8 mai et on campe sur cette position provisoirement. Pour le 9 juin, (réouverture possible de l'Horeca à l'intérieur), on ne part pas du principe qu'il y aura du plexiglas". De manière générale, le ministre s'est dit "optimiste sur la façon dont nous sommes en train de lutter contre l'épidémie". "Les chiffres sont clairement meilleurs." (Belga)