Le nombre de domiciles touchées par la montée des eaux est plus bas qu'escompté grâce à des mesures qui ont été prises, dont une brèche dans une digue, sinon ce sont 300 demeures qui seraient concernées. D'autres digues ont aussi été relevées et renforcées mais l'eau reste très élevée et l'incertitude demeure si ces digues vont bien résister, selon M. Van Roelen qui reste donc prudent. La protection civile, les pompiers et les zones de secours de l'est et du sud-ouest de la province, la défense et du personnel des services techniques de la commune de même que des volontaires travaillent avec acharnement pour faire face à la situation. "Nous essayons de garder l'eau hors des rues et donc nous pompons l'eau des rigoles", a encore expliqué le mayeur. Lundi, à 9h00, le gouverneur de la province Jos Lantmeeters veillera à la coordination des travaux de déblaiement et de nettoyage. La réunion portera aussi sur l'état des infrastructures, dont des ponts, après le passage des masses d'eau des jours passés. (Belga)

Le nombre de domiciles touchées par la montée des eaux est plus bas qu'escompté grâce à des mesures qui ont été prises, dont une brèche dans une digue, sinon ce sont 300 demeures qui seraient concernées. D'autres digues ont aussi été relevées et renforcées mais l'eau reste très élevée et l'incertitude demeure si ces digues vont bien résister, selon M. Van Roelen qui reste donc prudent. La protection civile, les pompiers et les zones de secours de l'est et du sud-ouest de la province, la défense et du personnel des services techniques de la commune de même que des volontaires travaillent avec acharnement pour faire face à la situation. "Nous essayons de garder l'eau hors des rues et donc nous pompons l'eau des rigoles", a encore expliqué le mayeur. Lundi, à 9h00, le gouverneur de la province Jos Lantmeeters veillera à la coordination des travaux de déblaiement et de nettoyage. La réunion portera aussi sur l'état des infrastructures, dont des ponts, après le passage des masses d'eau des jours passés. (Belga)