Sur ce montant, la Wallonie "rend disponible 2,55 milliards d'euros" par l'intermédiaire notamment d'un transfert de 800 millions du plan de relance; de 100 millions du fonds de relance européen ou encore d'un préfinancement des assureurs à hauteur d'un milliard d'euros, remboursable en 10 ans à taux zéro, a ensuite précisé le ministre régional du Budget, Jean-Luc Crucke. Dans le détail, 990 millions iront aux sinistrés assurés afin que la totalité de leurs coûts soient couverts. Pour rappel, après négociation avec la Région, les assureurs ont accepté de couvrir 38% du montant des dégâts assurés, l'exécutif régional s'engageant pour sa part à payer le reste afin que les dizaines de milliers de foyers sinistrés en ordre d'assurance - entre 42.000 et 45.000 - soient totalement indemnisés. Pour les habitations non-assurées, la Région prendra finalement en charge 50% des dégâts, avec un plafond de 80.000 euros par logement. Ce plafond pourra être augmenté de 10.000 euros en cas d'intervention pour une dépollution par des hydrocarbures ou en présence d'amiante. Une indemnisation spécifique sera en outre prévue pour les bénéficiaires du RIS (Revenu d'intégration sociale). On notera que le montant alloué aux non-assurés est inférieur à la fourchette de 100 à 140.000 euros qui avait été évoquée par Elio Di Rupo il y a quelques jours. "Le montant sera moindre que ce que ces propriétaires auraient obtenu s'ils avaient été assurés. Nous ne voulions pas donner l'impression d'encourager la non-assurance", a justifié le ministre-président. Des aides sont également prévues pour les habitations légères (plafonnées à 20.000 euros après évaluation par un expert), les 6.000 véhicules ne disposant pas d'omnium, les entreprises ou encore les biens appartenant au domaine public. (Belga)

Sur ce montant, la Wallonie "rend disponible 2,55 milliards d'euros" par l'intermédiaire notamment d'un transfert de 800 millions du plan de relance; de 100 millions du fonds de relance européen ou encore d'un préfinancement des assureurs à hauteur d'un milliard d'euros, remboursable en 10 ans à taux zéro, a ensuite précisé le ministre régional du Budget, Jean-Luc Crucke. Dans le détail, 990 millions iront aux sinistrés assurés afin que la totalité de leurs coûts soient couverts. Pour rappel, après négociation avec la Région, les assureurs ont accepté de couvrir 38% du montant des dégâts assurés, l'exécutif régional s'engageant pour sa part à payer le reste afin que les dizaines de milliers de foyers sinistrés en ordre d'assurance - entre 42.000 et 45.000 - soient totalement indemnisés. Pour les habitations non-assurées, la Région prendra finalement en charge 50% des dégâts, avec un plafond de 80.000 euros par logement. Ce plafond pourra être augmenté de 10.000 euros en cas d'intervention pour une dépollution par des hydrocarbures ou en présence d'amiante. Une indemnisation spécifique sera en outre prévue pour les bénéficiaires du RIS (Revenu d'intégration sociale). On notera que le montant alloué aux non-assurés est inférieur à la fourchette de 100 à 140.000 euros qui avait été évoquée par Elio Di Rupo il y a quelques jours. "Le montant sera moindre que ce que ces propriétaires auraient obtenu s'ils avaient été assurés. Nous ne voulions pas donner l'impression d'encourager la non-assurance", a justifié le ministre-président. Des aides sont également prévues pour les habitations légères (plafonnées à 20.000 euros après évaluation par un expert), les 6.000 véhicules ne disposant pas d'omnium, les entreprises ou encore les biens appartenant au domaine public. (Belga)