La côte ouest du pays est inondée par des pluies torrentielles depuis jeudi, et les services météorologiques indiens ont mis en garde contre de nouvelles averses au cours des prochains jours. Dans l'État du Maharasthra, 114 personnes ont été tuées, dont plus de 40 dans un glissement de terrain qui a frappé jeudi le village de Taliye, au sud de Bombay, la principale place financière du pays. "De nombreuses personnes ont été emportées par les eaux alors qu'elles tentaient de s'enfuir" lorsque le glissement de terrain s'est produit, a déclaré à l'AFP un villageois, Jayram Mahaske. Le glissement de terrain a mis à terre des dizaines de maisons en quelques minutes, ne laissant debout que deux structures en béton et coupant l'alimentation en électricité, ont indiqué des habitants. Les sauveteurs fouillaient la boue et les débris à la recherche de 99 autres personnes toujours portées disparues. Une dizaine d'autres personnes ont été tuées dans deux glissements de terrain distincts, également au sud de Bombay. Dans certaines parties de la ville de Chiplun, toujours au sud de Bombay, le niveau de l'eau a atteint près de six mètres jeudi, après 24 heures de pluies ininterrompues qui ont submergé routes et habitations. Dans l'État voisin de Goa, une femme s'est noyée, a déclaré le gouvernement de l'État à l'agence Press Trust of India, dans ce que le ministre en chef Pramod Sawant a qualifié de "pires inondations depuis 1982". Dans les plaines côtières du Maharashtra et de Goa, le niveau des eaux est resté élevé après que les rivières sont sorties de leur lit. Des habitants terrifiés sont montés sur les toits et les étages supérieurs pour échapper aux eaux. Plus au sud, dans l'État du Karnataka, le bilan est passé de trois à neuf morts dans la nuit, et quatre autres personnes sont portées disparues, selon les autorités. Les inondations et les glissements de terrain sont fréquents pendant la saison de la mousson en Inde, qui voit souvent des bâtiments mal construits céder après des jours de pluie ininterrompue. Ces dernières années, les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient, conséquences, selon les spécialistes, du changement climatique. (Belga)

La côte ouest du pays est inondée par des pluies torrentielles depuis jeudi, et les services météorologiques indiens ont mis en garde contre de nouvelles averses au cours des prochains jours. Dans l'État du Maharasthra, 114 personnes ont été tuées, dont plus de 40 dans un glissement de terrain qui a frappé jeudi le village de Taliye, au sud de Bombay, la principale place financière du pays. "De nombreuses personnes ont été emportées par les eaux alors qu'elles tentaient de s'enfuir" lorsque le glissement de terrain s'est produit, a déclaré à l'AFP un villageois, Jayram Mahaske. Le glissement de terrain a mis à terre des dizaines de maisons en quelques minutes, ne laissant debout que deux structures en béton et coupant l'alimentation en électricité, ont indiqué des habitants. Les sauveteurs fouillaient la boue et les débris à la recherche de 99 autres personnes toujours portées disparues. Une dizaine d'autres personnes ont été tuées dans deux glissements de terrain distincts, également au sud de Bombay. Dans certaines parties de la ville de Chiplun, toujours au sud de Bombay, le niveau de l'eau a atteint près de six mètres jeudi, après 24 heures de pluies ininterrompues qui ont submergé routes et habitations. Dans l'État voisin de Goa, une femme s'est noyée, a déclaré le gouvernement de l'État à l'agence Press Trust of India, dans ce que le ministre en chef Pramod Sawant a qualifié de "pires inondations depuis 1982". Dans les plaines côtières du Maharashtra et de Goa, le niveau des eaux est resté élevé après que les rivières sont sorties de leur lit. Des habitants terrifiés sont montés sur les toits et les étages supérieurs pour échapper aux eaux. Plus au sud, dans l'État du Karnataka, le bilan est passé de trois à neuf morts dans la nuit, et quatre autres personnes sont portées disparues, selon les autorités. Les inondations et les glissements de terrain sont fréquents pendant la saison de la mousson en Inde, qui voit souvent des bâtiments mal construits céder après des jours de pluie ininterrompue. Ces dernières années, les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient, conséquences, selon les spécialistes, du changement climatique. (Belga)