Quelques semaines après les fortes inondations ayant touchées une bonne partie de la Wallonie, le constat est sans appel pour la ReZonWal : les zones de secours doivent être plus efficaces. "Cette catastrophe doit inciter les autorités politiques du pays, tant au niveau fédéral que régional, à prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer la gestion de telles crises" peut-on lire dans un communiqué de presse publié vendredi. C'est donc dans un esprit constructif que les zones de secours wallonnes invitent les autorités à réfléchir sur l'organisation de celles-ci. Pour cela, l'association répertorie plusieurs points de réflexion. Elle souligne notamment la nécessité de rattacher les secours locaux directement aux pouvoirs régionaux. En outre, selon l'association, la formation du personnel doit être coordonnée au niveau régional. Enfin, les zones de secours déplorent également la baisse croissante du volontariat depuis plusieurs années. "Phénomène de société qui touche l'ensemble des pays européens, il nécessite une vraie réflexion inévitable pour répondre et affronter au mieux les catastrophes naturelles qui pourraient être de plus en plus récurrentes". (Belga)

Quelques semaines après les fortes inondations ayant touchées une bonne partie de la Wallonie, le constat est sans appel pour la ReZonWal : les zones de secours doivent être plus efficaces. "Cette catastrophe doit inciter les autorités politiques du pays, tant au niveau fédéral que régional, à prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer la gestion de telles crises" peut-on lire dans un communiqué de presse publié vendredi. C'est donc dans un esprit constructif que les zones de secours wallonnes invitent les autorités à réfléchir sur l'organisation de celles-ci. Pour cela, l'association répertorie plusieurs points de réflexion. Elle souligne notamment la nécessité de rattacher les secours locaux directement aux pouvoirs régionaux. En outre, selon l'association, la formation du personnel doit être coordonnée au niveau régional. Enfin, les zones de secours déplorent également la baisse croissante du volontariat depuis plusieurs années. "Phénomène de société qui touche l'ensemble des pays européens, il nécessite une vraie réflexion inévitable pour répondre et affronter au mieux les catastrophes naturelles qui pourraient être de plus en plus récurrentes". (Belga)