La commune de Rochefort, qui avait déjà connu plusieurs inondations, a été complètement sous les eaux en juillet, même dans des quartiers qui n'ont jamais été inondés, à cause de la montée exceptionnelle des eaux de la Lhomme et de la Wamme. 1.444 ménages, soit 3.010 habitants, ont été touchés, tout comme deux ponts, des infrastructures sportives, 42 commerces, des crèches, des salles des fêtes et le parc communal. "Nous n'avons pas eu d'alerte officielle préalable aux inondations", a indiqué Corine Mullens. "Les premières inondations nous ont poussés, à évacuer, le 14 juillet, les camps scouts, soit plus de 1.700 jeunes sur l'entité. Nous avions déjà connu une expérience en la matière. Le plan communal d'urgence a été déclenché à la mi-journée. L'ordre d'évacuation de sinistrés a été donné en début d'après-midi", a-t-elle ajouté. L'armée et la protection civile sont intervenues rapidement. " Ces interventions ont été faites grâce à nos contacts avec les services provinciaux"", a indiqué le bourgmestre. "Nous n'avons jamais eu le sentiment d'avoir été abandonnés. Les messages envoyés par Be Alert ont, par ailleurs, bien fonctionné et la solidarité a été de mise, notamment de la part de communes proches ou non", a-t-elle souligné. Les évacuations se sont poursuivies, des centres d'accueil ont été ouverts. "La Wamme a ensuite débordé à Jemelle pendant la nuit du 15 juillet, ce qui a provoqué une montée des eaux de la Lomme de plus d'un mètre. Nous n'avons pas d'explication sur les causes de ce phénomène. Les bateaux dont nous disposions n'était toutefois pas assez puissants dans ces circonstances. L'électricité, les réseaux téléphoniques ont été coupés. Nous avons, par exemple, utilisé le porte-à-porte, des porte-voix, pour communiquer avec les citoyens sinistrés. Des distributions de vivres, de produits de première nécessité, de repas chauds ont été organisées, avec le soutien, notamment, de la Croix Rouge", selon Mme Mullens. Le plan communal d'urgence a été levé le 19 juillet en début de matinée. La mobilisation continue à Rochefort, notamment en termes de relogement. Quelque 400 repas quotidiens sont toujours distribués actuellement. Du personnel communal a été engagé dans le cadre de la reconstruction post-inondations. (Belga)

La commune de Rochefort, qui avait déjà connu plusieurs inondations, a été complètement sous les eaux en juillet, même dans des quartiers qui n'ont jamais été inondés, à cause de la montée exceptionnelle des eaux de la Lhomme et de la Wamme. 1.444 ménages, soit 3.010 habitants, ont été touchés, tout comme deux ponts, des infrastructures sportives, 42 commerces, des crèches, des salles des fêtes et le parc communal. "Nous n'avons pas eu d'alerte officielle préalable aux inondations", a indiqué Corine Mullens. "Les premières inondations nous ont poussés, à évacuer, le 14 juillet, les camps scouts, soit plus de 1.700 jeunes sur l'entité. Nous avions déjà connu une expérience en la matière. Le plan communal d'urgence a été déclenché à la mi-journée. L'ordre d'évacuation de sinistrés a été donné en début d'après-midi", a-t-elle ajouté. L'armée et la protection civile sont intervenues rapidement. " Ces interventions ont été faites grâce à nos contacts avec les services provinciaux"", a indiqué le bourgmestre. "Nous n'avons jamais eu le sentiment d'avoir été abandonnés. Les messages envoyés par Be Alert ont, par ailleurs, bien fonctionné et la solidarité a été de mise, notamment de la part de communes proches ou non", a-t-elle souligné. Les évacuations se sont poursuivies, des centres d'accueil ont été ouverts. "La Wamme a ensuite débordé à Jemelle pendant la nuit du 15 juillet, ce qui a provoqué une montée des eaux de la Lomme de plus d'un mètre. Nous n'avons pas d'explication sur les causes de ce phénomène. Les bateaux dont nous disposions n'était toutefois pas assez puissants dans ces circonstances. L'électricité, les réseaux téléphoniques ont été coupés. Nous avons, par exemple, utilisé le porte-à-porte, des porte-voix, pour communiquer avec les citoyens sinistrés. Des distributions de vivres, de produits de première nécessité, de repas chauds ont été organisées, avec le soutien, notamment, de la Croix Rouge", selon Mme Mullens. Le plan communal d'urgence a été levé le 19 juillet en début de matinée. La mobilisation continue à Rochefort, notamment en termes de relogement. Quelque 400 repas quotidiens sont toujours distribués actuellement. Du personnel communal a été engagé dans le cadre de la reconstruction post-inondations. (Belga)