Le Premier ministre belge Alexander De Croo (Open-Vld) se dit choqué et incrédule face aux événements en cours au Capitole, "symbole de la démocratie américaine". "Nous sommes convaincus que les institutions fortes des États-Unis surmonteront ce moment difficile", a-t-il ajouté. Il assure son "soutien total" au président élu démocrate Joe Biden. Le vice-Premier ministre Georges Gilkinet (Ecolo) évoque des "images affligeantes et inquiétantes". "Ce qui arrive quand un Chef d'Etat conteste le résultat d'une élection. Notre démocratie mérite décidément notre attention et notre engagement constants", ajoute M. Gilkinet. "Ces scènes sont très graves. Elles montrent combien la démocratie a été fragilisée par Trump", déplore aussi Paul Magnette, le président du PS. "Voilà où mènent le populisme et la banalisation de l'extrême-droite. C'est une attaque contre la démocratie", poursuit-il, faisant part de "tout (son) soutien aux défenseurs de la démocratie aux USA". Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, évoque pour sa part "un précédent d'une extrême gravité qui malheureusement est un symptôme violent des maladies populistes de notre démocratie". Il ajoute que "le danger ne se résume pas à Donald Trump et est bien plus profond". "Démocrates, levons-nous! ", exhorte-t-il enfin. Pour la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck, ces scènes "très graves" à Washington "montrent combien la démocratie a été fragilisée par Trump". "Voilà où mènent le populisme et la banalisation de l'extrême-droite. C'est une attaque contre la démocratie", regrette encore la chrétienne-démocrate qui fait part de "tout (son) soutien aux défenseurs de la démocratie aux USA". (Belga)

Le Premier ministre belge Alexander De Croo (Open-Vld) se dit choqué et incrédule face aux événements en cours au Capitole, "symbole de la démocratie américaine". "Nous sommes convaincus que les institutions fortes des États-Unis surmonteront ce moment difficile", a-t-il ajouté. Il assure son "soutien total" au président élu démocrate Joe Biden. Le vice-Premier ministre Georges Gilkinet (Ecolo) évoque des "images affligeantes et inquiétantes". "Ce qui arrive quand un Chef d'Etat conteste le résultat d'une élection. Notre démocratie mérite décidément notre attention et notre engagement constants", ajoute M. Gilkinet. "Ces scènes sont très graves. Elles montrent combien la démocratie a été fragilisée par Trump", déplore aussi Paul Magnette, le président du PS. "Voilà où mènent le populisme et la banalisation de l'extrême-droite. C'est une attaque contre la démocratie", poursuit-il, faisant part de "tout (son) soutien aux défenseurs de la démocratie aux USA". Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, évoque pour sa part "un précédent d'une extrême gravité qui malheureusement est un symptôme violent des maladies populistes de notre démocratie". Il ajoute que "le danger ne se résume pas à Donald Trump et est bien plus profond". "Démocrates, levons-nous! ", exhorte-t-il enfin. Pour la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck, ces scènes "très graves" à Washington "montrent combien la démocratie a été fragilisée par Trump". "Voilà où mènent le populisme et la banalisation de l'extrême-droite. C'est une attaque contre la démocratie", regrette encore la chrétienne-démocrate qui fait part de "tout (son) soutien aux défenseurs de la démocratie aux USA". (Belga)