Ce nouvel outil permettra de signaler une publication puis de choisir "désinformation" (false information) et ainsi attirer l'attention de fact-checkers indépendants pour qu'ils puissent la vérifier, a expliqué une porte-parole de Facebook, qui contrôle le réseau social. Cette option devrait être mise à disposition du milliard d'usagers d'ici la fin du mois d'août. "Dès aujourd'hui, les gens peuvent nous signaler s'ils voient des publications sur Instagram qu'ils pensent être fausses", a souligné la porte-parole, au sujet du réseau qui privilégie la communication par l'image. "Nous investissons lourdement pour limiter la propagation de fausses informations sur toutes nos plateformes", a-t-elle affirmé. Facebook a été accusé -et a reconnu- n'avoir pas pris au sérieux assez tôt les tentatives de désinformation d'officines russes proches du Kremlin pour influer sur la présidentielle américaine de 2016 en faveur de Donald Trump. Les publications sur Instagram qui auront été signalées ne seront pas effacées, si elles ne violent pas le règlement du réseau, mais elles n'apparaîtront pas en utilisant la fonction "explore" ou en faisant une recherche à l'aide d'un mot-dièse. Facebook compte aussi faire appel à l'intelligence artificielle -qu'il faudra d'abord éduquer grâce aux retours d'usagers- pour qu'elle détecte les publications fausses avant même qu'elles ne soient signalées par des humains. (Belga)