Interrogé sur les ondes de Bel-RTL, le patron du syndicat socialiste a estimé que les éléments connus de la note préfiguraient la mise sur pied d'un gouvernement de centre-droit pas fort différent du précédent, alors que celui-ci a perdu sa majorité lors du dernier scrutin. "On est en train de dire au citoyen qui a voté contre (l'ancien gouvernement): nous nous foutons de ce que vous avez voté, nous allons continuer entre nous", a commenté M. Vertenueil. En suivant cette logique, "il ne faudra pas s'étonner que le fossé entre le citoyen et le politique continue à s'agrandir", a-t-il ajouté. M. Vertenueil invite en conséquence les partis de centre-gauche pressentis pour former un nouveau gouvernement fédéral à la prudence. A ses yeux, cette note ne répond en effet pas "aux aspirations de la population" et n'est nullement en ligne avec les axes de leurs programmes politiques respectifs. Le patron de la FGTB y pointe notamment l'absence de tout changement en matière d'âge de la pension ou de revalorisation du salaire minimum, ainsi que l'accent mis sur la gestion du déficit budgétaire. S'il convient de résorber le déficit budgétaire, cela doit toutefois se faire "de manière raisonnable, sans aller à nouveau chercher l'argent dans la poche des citoyens qui ont déjà assez craché", a encore jugé M. Vertenueil. (Belga)

Interrogé sur les ondes de Bel-RTL, le patron du syndicat socialiste a estimé que les éléments connus de la note préfiguraient la mise sur pied d'un gouvernement de centre-droit pas fort différent du précédent, alors que celui-ci a perdu sa majorité lors du dernier scrutin. "On est en train de dire au citoyen qui a voté contre (l'ancien gouvernement): nous nous foutons de ce que vous avez voté, nous allons continuer entre nous", a commenté M. Vertenueil. En suivant cette logique, "il ne faudra pas s'étonner que le fossé entre le citoyen et le politique continue à s'agrandir", a-t-il ajouté. M. Vertenueil invite en conséquence les partis de centre-gauche pressentis pour former un nouveau gouvernement fédéral à la prudence. A ses yeux, cette note ne répond en effet pas "aux aspirations de la population" et n'est nullement en ligne avec les axes de leurs programmes politiques respectifs. Le patron de la FGTB y pointe notamment l'absence de tout changement en matière d'âge de la pension ou de revalorisation du salaire minimum, ainsi que l'accent mis sur la gestion du déficit budgétaire. S'il convient de résorber le déficit budgétaire, cela doit toutefois se faire "de manière raisonnable, sans aller à nouveau chercher l'argent dans la poche des citoyens qui ont déjà assez craché", a encore jugé M. Vertenueil. (Belga)