Le fleuve Saint-Laurent et plusieurs rivières sont sortis de leur lit depuis le lac Ontario (centre) jusqu'à l'est de la province du Québec endommageant près de 3.000 résidences ou bâtiments publics. Après le pic lundi autour de la capitale fédérale Ottawa, à Rigaud (70 km à l'ouest de Montréal) où plusieurs centaines de maisons sont inondées depuis trois semaines, et sur l'île de Montréal, la montée des eaux s'est stabilisée. La décrue est même amorcée plus à l'ouest, comme l'a indiqué le Premier ministre québécois Philippe Couillard mardi. "On commence maintenant une phase de lente décroissance des niveaux (...) mais ça ne signifie pas que demain, après-demain les terrains" vont être à nouveau accessibles, a déclaré M. Couillard lors d'une conférence de presse. La ville de Montréal, qui avait décrété l'état d'urgence dimanche pour 48 heures, l'a reconduit pour cinq jours. (Belga)

Le fleuve Saint-Laurent et plusieurs rivières sont sortis de leur lit depuis le lac Ontario (centre) jusqu'à l'est de la province du Québec endommageant près de 3.000 résidences ou bâtiments publics. Après le pic lundi autour de la capitale fédérale Ottawa, à Rigaud (70 km à l'ouest de Montréal) où plusieurs centaines de maisons sont inondées depuis trois semaines, et sur l'île de Montréal, la montée des eaux s'est stabilisée. La décrue est même amorcée plus à l'ouest, comme l'a indiqué le Premier ministre québécois Philippe Couillard mardi. "On commence maintenant une phase de lente décroissance des niveaux (...) mais ça ne signifie pas que demain, après-demain les terrains" vont être à nouveau accessibles, a déclaré M. Couillard lors d'une conférence de presse. La ville de Montréal, qui avait décrété l'état d'urgence dimanche pour 48 heures, l'a reconduit pour cinq jours. (Belga)