La première raison de cette massification des travaux est d'accroître la sécurité du personnel, qui doit actuellement le plus souvent mener ces opérations alors que les trains continuent à circuler, a expliqué Mme Billiau. Pour les voyageurs, cette nouvelle manière de travailler doit signifier des perturbations moins fréquentes, mais dont la durée pourrait s'avérer plus importante. L'objectif est également d'empêcher un même train de rencontrer plusieurs chantiers sur son parcours, même si cela implique de totalement arrêter le trafic sur un petit segment pendant une journée. Certains travaux devront ainsi être réalisés en journée pendant la semaine. Infrabel prévoit cependant d'y procéder en dehors des heures de pointe, soit dans une fenêtre allant de 9h30 à 15h30. Mme Billiau a également expliqué cela par la difficulté de trouver des personnes prêtes à travailler uniquement de nuit et le week-end. De plus, le travail de nuit représente un coût supplémentaire conséquent, qu'il n'est plus possible de supporter avec les efforts budgétaires demandés au gestionnaire d'infrastructures. Afin d'atténuer au maximum les inconvénients pour les voyageurs, Infrabel entend mieux communiquer avec la SNCB et ses autres clients et annoncer les travaux suffisamment à l'avance. (Belga)

La première raison de cette massification des travaux est d'accroître la sécurité du personnel, qui doit actuellement le plus souvent mener ces opérations alors que les trains continuent à circuler, a expliqué Mme Billiau. Pour les voyageurs, cette nouvelle manière de travailler doit signifier des perturbations moins fréquentes, mais dont la durée pourrait s'avérer plus importante. L'objectif est également d'empêcher un même train de rencontrer plusieurs chantiers sur son parcours, même si cela implique de totalement arrêter le trafic sur un petit segment pendant une journée. Certains travaux devront ainsi être réalisés en journée pendant la semaine. Infrabel prévoit cependant d'y procéder en dehors des heures de pointe, soit dans une fenêtre allant de 9h30 à 15h30. Mme Billiau a également expliqué cela par la difficulté de trouver des personnes prêtes à travailler uniquement de nuit et le week-end. De plus, le travail de nuit représente un coût supplémentaire conséquent, qu'il n'est plus possible de supporter avec les efforts budgétaires demandés au gestionnaire d'infrastructures. Afin d'atténuer au maximum les inconvénients pour les voyageurs, Infrabel entend mieux communiquer avec la SNCB et ses autres clients et annoncer les travaux suffisamment à l'avance. (Belga)