Ni les représentants du ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo (Open Vld), ni ceux du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) n'ont déposé jeudi de proposition pour plaider auprès de l'Union européenne en faveur d'un embargo sur les ventes d'armes à l'Arabie saoudite, a-t-on appris auprès du cabinet du ministre-président wallon Paul Magnette (PS). Dans une réaction, le cabinet du ministre De Croo a contesté avec force cette "fake news" de la part du chef du gouvernement wallon.

Le débat sur la vente d'armes à l'Arabie saoudite a rebondi le week-end dernier quand le ministre De Croo (Open Vld) a pointé du doigt la Wallonie, alors que le Fédéral redouble ses efforts humanitaires au Yémen, où Riyad mène une guerre contestée.

D'après le cabinet de M. Magnette, les représentants du gouvernement fédéral présents jeudi lors d'une réunion de la direction générale Coordination et Affaires européennes (DGE), qui détermine la position de la Belgique aux réunions des ministres des Affaires étrangères de l'UE, n'ont pas proposé de plaider pour un embargo au niveau européen sur les exportations d'armes à destination de l'Arabie saoudite. La Région wallonne se dit pourtant prête à souscrire à un tel plaidoyer.

Dès lors, la demande de M. De Croo que les Régions - et la Wallonie en particulier - cessent de telles exportations est "incohérente", juge-t-on à Namur. Quelle serait l'efficacité d'une telle mesure dès lors que la valeur des licences d'armes octroyées par la Wallonie "équivaut à peine à 0,49% du total européen" (chiffres 2015)?, demande-t-on au cabinet Magnette.

Jeudi soir, les cabinets de MM. Reynders et De Croo ont démenti l'information selon laquelle aucune proposition n'a été formulée jeudi matin à ce propos. "Nous regrettons l'intoxication du débat par M. Magnette. Au lieu de répandre des fake news, Magnette ferait mieux de réfléchir à la boussole morale qui le guide", indique-t-on dans l'entourage du vice-Premier ministre Open Vld.

D'après son cabinet, une proposition a été déposée afin que la Belgique plaide lundi lors du Conseil pour un embargo sur toutes les licences d'exportation vers les parties impliquées dans le conflit au Yémen dans l'attente de la présentation de deux rapports de l'Human Rights Council.

Le représentant du ministre wallon Jean-Claude Marcourt n'aurait pas souhaité aller aussi loin, selon le cabinet de M. De Croo.

"La position wallonne affichée ce matin était nettement moins en pointe que celle de M. Magnette", indique-t-on également dans l'entourage de M. Reynders. "Nous indiquerons au représentant permanent de s'exprimer lundi lors du Conseil en faveur d'un embargo, à moins que la position wallonne change d'ici dimanche soir."

"Si les régions sont pour un embargo sur les livraisons d'armes à l'Arabie saoudite, nous défendrons cette position commune à l'Union européenne", a également tweeté Didier Reynders.

Ni les représentants du ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo (Open Vld), ni ceux du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) n'ont déposé jeudi de proposition pour plaider auprès de l'Union européenne en faveur d'un embargo sur les ventes d'armes à l'Arabie saoudite, a-t-on appris auprès du cabinet du ministre-président wallon Paul Magnette (PS). Dans une réaction, le cabinet du ministre De Croo a contesté avec force cette "fake news" de la part du chef du gouvernement wallon.Le débat sur la vente d'armes à l'Arabie saoudite a rebondi le week-end dernier quand le ministre De Croo (Open Vld) a pointé du doigt la Wallonie, alors que le Fédéral redouble ses efforts humanitaires au Yémen, où Riyad mène une guerre contestée. D'après le cabinet de M. Magnette, les représentants du gouvernement fédéral présents jeudi lors d'une réunion de la direction générale Coordination et Affaires européennes (DGE), qui détermine la position de la Belgique aux réunions des ministres des Affaires étrangères de l'UE, n'ont pas proposé de plaider pour un embargo au niveau européen sur les exportations d'armes à destination de l'Arabie saoudite. La Région wallonne se dit pourtant prête à souscrire à un tel plaidoyer. Dès lors, la demande de M. De Croo que les Régions - et la Wallonie en particulier - cessent de telles exportations est "incohérente", juge-t-on à Namur. Quelle serait l'efficacité d'une telle mesure dès lors que la valeur des licences d'armes octroyées par la Wallonie "équivaut à peine à 0,49% du total européen" (chiffres 2015)?, demande-t-on au cabinet Magnette. Jeudi soir, les cabinets de MM. Reynders et De Croo ont démenti l'information selon laquelle aucune proposition n'a été formulée jeudi matin à ce propos. "Nous regrettons l'intoxication du débat par M. Magnette. Au lieu de répandre des fake news, Magnette ferait mieux de réfléchir à la boussole morale qui le guide", indique-t-on dans l'entourage du vice-Premier ministre Open Vld. D'après son cabinet, une proposition a été déposée afin que la Belgique plaide lundi lors du Conseil pour un embargo sur toutes les licences d'exportation vers les parties impliquées dans le conflit au Yémen dans l'attente de la présentation de deux rapports de l'Human Rights Council. Le représentant du ministre wallon Jean-Claude Marcourt n'aurait pas souhaité aller aussi loin, selon le cabinet de M. De Croo. "La position wallonne affichée ce matin était nettement moins en pointe que celle de M. Magnette", indique-t-on également dans l'entourage de M. Reynders. "Nous indiquerons au représentant permanent de s'exprimer lundi lors du Conseil en faveur d'un embargo, à moins que la position wallonne change d'ici dimanche soir." "Si les régions sont pour un embargo sur les livraisons d'armes à l'Arabie saoudite, nous défendrons cette position commune à l'Union européenne", a également tweeté Didier Reynders.