Dix-huit mineurs ont été extraits vivants mais blessés de cette mine illégale située au nord de l'île de Célèbes, alors que les secours craignent que plusieurs dizaines de victimes soient encore prisonnières du site. "L'équipe chargée de l'évacuation travaille 24 heures sur 24 depuis lundi, date à laquelle le site a été considéré comme sûr pour les sauveteurs", a indiqué Sutopo Purwo Nugroho, le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes. Les opérations de secours ont été ralenties par le terrain très escarpé, un sol instable et les puits très étroits de la mine. Les premiers jours suivant l'accident, qui s'est produit le 26 février, les sauveteurs creusaient avec des pelles et à la main, pour ne pas risquer de mettre en danger d'éventuels survivants avec des éboulements. Des pelleteuses tentent désormais de dégager les débris pour retrouver des corps de victimes. Les hommes ayant survécu à la catastrophe ont estimé que de 30 à une centaine de mineurs pourraient être encore ensevelis. L'accident s'est produit dans une mine de Bolaang Mongondow, une région dans laquelle cinq mineurs avaient déjà péri en décembre dans l'accident d'une mine d'or illégale. Il a été provoqué par l'effondrement soudain de poutres et d'étais en raison de l'instabilité des sols. (Belga)

Dix-huit mineurs ont été extraits vivants mais blessés de cette mine illégale située au nord de l'île de Célèbes, alors que les secours craignent que plusieurs dizaines de victimes soient encore prisonnières du site. "L'équipe chargée de l'évacuation travaille 24 heures sur 24 depuis lundi, date à laquelle le site a été considéré comme sûr pour les sauveteurs", a indiqué Sutopo Purwo Nugroho, le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes. Les opérations de secours ont été ralenties par le terrain très escarpé, un sol instable et les puits très étroits de la mine. Les premiers jours suivant l'accident, qui s'est produit le 26 février, les sauveteurs creusaient avec des pelles et à la main, pour ne pas risquer de mettre en danger d'éventuels survivants avec des éboulements. Des pelleteuses tentent désormais de dégager les débris pour retrouver des corps de victimes. Les hommes ayant survécu à la catastrophe ont estimé que de 30 à une centaine de mineurs pourraient être encore ensevelis. L'accident s'est produit dans une mine de Bolaang Mongondow, une région dans laquelle cinq mineurs avaient déjà péri en décembre dans l'accident d'une mine d'or illégale. Il a été provoqué par l'effondrement soudain de poutres et d'étais en raison de l'instabilité des sols. (Belga)