"L'attaque était bien "un attentat suicide", a confirmé le ministre coordinateur de la Sécurité Mahfud MD. L'extérieur de l'édifice du sud de l'île de Célèbes était jonché de morceaux de corps humains à la suite de la puissante déflagration qui s'est produite vers 10h30 locales (5h30 heure belge). L'attaque, qualifiée d'"acte de terreur" par le président du pays Joko Widodo, s'est produite après la messe des Rameaux dans ce pays à majorité musulmane le plus peuplé au monde où les églises ont, par le passé, déjà été la cible d'extrémistes. "Le terrorisme est un crime contre l'humanité", a déclaré le chef de l'Etat. "J'appelle tout le monde à se battre contre le terrorisme et le radicalisme, qui sont contraires aux valeurs religieuses." "Nous avions terminé la messe et les gens rentraient chez eux quand cela s'est produit", a déclaré aux journalistes le prêtre Wilhelmus Tulak. La tradition de tolérance de l'Indonésie a été mise à l'épreuve ces dernières années par le développement de courants islamiques conservateurs, voire extrémistes, et les minorités religieuses, chrétiennes mais aussi bouddhistes et hindoues s'inquiètent pour la coexistence religieuse. (Belga)

"L'attaque était bien "un attentat suicide", a confirmé le ministre coordinateur de la Sécurité Mahfud MD. L'extérieur de l'édifice du sud de l'île de Célèbes était jonché de morceaux de corps humains à la suite de la puissante déflagration qui s'est produite vers 10h30 locales (5h30 heure belge). L'attaque, qualifiée d'"acte de terreur" par le président du pays Joko Widodo, s'est produite après la messe des Rameaux dans ce pays à majorité musulmane le plus peuplé au monde où les églises ont, par le passé, déjà été la cible d'extrémistes. "Le terrorisme est un crime contre l'humanité", a déclaré le chef de l'Etat. "J'appelle tout le monde à se battre contre le terrorisme et le radicalisme, qui sont contraires aux valeurs religieuses." "Nous avions terminé la messe et les gens rentraient chez eux quand cela s'est produit", a déclaré aux journalistes le prêtre Wilhelmus Tulak. La tradition de tolérance de l'Indonésie a été mise à l'épreuve ces dernières années par le développement de courants islamiques conservateurs, voire extrémistes, et les minorités religieuses, chrétiennes mais aussi bouddhistes et hindoues s'inquiètent pour la coexistence religieuse. (Belga)