Au total, 67.593 dossiers ont été introduits jusqu'à la date butoir du 31 mai et 58.448 paiements ont été effectués, soit 86,47% des demandes. Parallèlement, 4.572 dossiers sont toujours en attente des renseignements complémentaires demandés par l'administration; 2.738 dossiers sont en cours de traitement et 1.835 dossiers ont été refusés. Quant à l'indemnité forfaitaire de 2.500 euros, octroyées à ceux qui ont vu leur activité interrompue substantiellement en mars et en avril et qui ont bénéficié du droit passerelle, elle a fait l'objet de 44.217 demandes. Sur ce total, 30.171 dossiers ont été liquidés; 2.182 dossiers sont en attente de renseignements complémentaires; 11.282 dossiers sont en cours de traitement et 581 ont été refusés. Enfin, le 9 juillet dernier, le gouvernement wallon a également adopté, en première lecture, un texte prévoyant une prime de 3.500 euros pour les secteurs qui restent largement impactés par la crise, essentiellement dans l'événementiel. "Ce texte doit encore faire l'objet de l'avis du conseil d'Etat puis doit nous revenir afin que nous puissions mettre en ?uvre ce dispositif", a expliqué le ministre Borsus. (Belga)

Au total, 67.593 dossiers ont été introduits jusqu'à la date butoir du 31 mai et 58.448 paiements ont été effectués, soit 86,47% des demandes. Parallèlement, 4.572 dossiers sont toujours en attente des renseignements complémentaires demandés par l'administration; 2.738 dossiers sont en cours de traitement et 1.835 dossiers ont été refusés. Quant à l'indemnité forfaitaire de 2.500 euros, octroyées à ceux qui ont vu leur activité interrompue substantiellement en mars et en avril et qui ont bénéficié du droit passerelle, elle a fait l'objet de 44.217 demandes. Sur ce total, 30.171 dossiers ont été liquidés; 2.182 dossiers sont en attente de renseignements complémentaires; 11.282 dossiers sont en cours de traitement et 581 ont été refusés. Enfin, le 9 juillet dernier, le gouvernement wallon a également adopté, en première lecture, un texte prévoyant une prime de 3.500 euros pour les secteurs qui restent largement impactés par la crise, essentiellement dans l'événementiel. "Ce texte doit encore faire l'objet de l'avis du conseil d'Etat puis doit nous revenir afin que nous puissions mettre en ?uvre ce dispositif", a expliqué le ministre Borsus. (Belga)