"J'ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupéfaction (...). Mon innocence est à nouveau bafouée par une décision qui ne rapporte pas la moindre preuve d'un quelconque financement illicite", a-t-il déclaré dans un message publié sur Facebook. "Les Français doivent savoir que je suis innocent de ce dont on m'accuse en apportant un crédit invraisemblable aux déclarations d'assassins, d'escrocs notoires et de faux témoins. Je sais que la vérité finira par triompher. (...) L'injustice ne gagnera pas", a-t-il ajouté, assurant avoir pendant ses quatre journées d'audition "répondu à toutes les questions qui (lui) ont été posées sans jamais être mis en difficulté". Le patron de son parti, Les Républicains, Christian Jacob, a immédiatement assuré sur Twitter l'ex-président de la République de son "total soutien face à cet acharnement judiciaire invraisemblable, incompréhensible et choquant dont il est victime dans cette prétendue affaire libyenne". Plusieurs personnalités du parti de droite ont affirmé qu'elles n'avaient "aucun doute" de l'innocence de leur ancien leader. Nicolas Sarkozy a été mis en examen (inculpé) vendredi une quatrième fois, pour "association de malfaiteurs", dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne en 2007, aggravant sa situation judiciaire alors qu'il doit déjà être jugé deux fois prochainement devant le tribunal correctionnel. (Belga)

"J'ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupéfaction (...). Mon innocence est à nouveau bafouée par une décision qui ne rapporte pas la moindre preuve d'un quelconque financement illicite", a-t-il déclaré dans un message publié sur Facebook. "Les Français doivent savoir que je suis innocent de ce dont on m'accuse en apportant un crédit invraisemblable aux déclarations d'assassins, d'escrocs notoires et de faux témoins. Je sais que la vérité finira par triompher. (...) L'injustice ne gagnera pas", a-t-il ajouté, assurant avoir pendant ses quatre journées d'audition "répondu à toutes les questions qui (lui) ont été posées sans jamais être mis en difficulté". Le patron de son parti, Les Républicains, Christian Jacob, a immédiatement assuré sur Twitter l'ex-président de la République de son "total soutien face à cet acharnement judiciaire invraisemblable, incompréhensible et choquant dont il est victime dans cette prétendue affaire libyenne". Plusieurs personnalités du parti de droite ont affirmé qu'elles n'avaient "aucun doute" de l'innocence de leur ancien leader. Nicolas Sarkozy a été mis en examen (inculpé) vendredi une quatrième fois, pour "association de malfaiteurs", dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne en 2007, aggravant sa situation judiciaire alors qu'il doit déjà être jugé deux fois prochainement devant le tribunal correctionnel. (Belga)