Des échauffourées ont eu lieu entre les forces de l'ordre et une trentaine de jeunes encagoulés, qui ont réussi à s'infiltrer dans la manifestation et jeté des projectiles en tentant de forcer la clôture du Parlement. Les forces anti-émeutes ont riposté en lançant des gaz lacrymogènes, ce qui a provoqué la dispersion de nombreux manifestants, visiblement gênés par les fumées. La police a dénombré 60.000 personnes au début de la manifestation à 12h00 GMT (13h00 en Belgique), les organisateurs en comptant plus de 100.000. L'accord sur le nouveau nom de la Macédoine, signé entre Athènes et Skopje en juin, vise à mettre fin à un litige de près de trente ans entre les deux pays voisins en rebaptisant ce petit pays balkanique "République de Macédoine du Nord". Ratifié il y a dix jours par le Parlement macédonien, cet accord sera débattu cette semaine au Parlement grec avant un vote crucial d'ici à la fin de la semaine. De nombreux habitants, en particulier ceux de la province du nord de la Grèce portant le même nom que le pays frontalier, estiment que l'appellation "Macédoine" n'appartient qu'au patrimoine historique grec. De nombreuses manifestations contre cet accord ont eu lieu à Athènes et à Thessalonique (nord) depuis le début des négociations il y a un an et demi. L'une des plus importantes à Athènes s'est déroulée le 4 février 2018 avec la participation de près de 140.000 personnes. (Belga)

Des échauffourées ont eu lieu entre les forces de l'ordre et une trentaine de jeunes encagoulés, qui ont réussi à s'infiltrer dans la manifestation et jeté des projectiles en tentant de forcer la clôture du Parlement. Les forces anti-émeutes ont riposté en lançant des gaz lacrymogènes, ce qui a provoqué la dispersion de nombreux manifestants, visiblement gênés par les fumées. La police a dénombré 60.000 personnes au début de la manifestation à 12h00 GMT (13h00 en Belgique), les organisateurs en comptant plus de 100.000. L'accord sur le nouveau nom de la Macédoine, signé entre Athènes et Skopje en juin, vise à mettre fin à un litige de près de trente ans entre les deux pays voisins en rebaptisant ce petit pays balkanique "République de Macédoine du Nord". Ratifié il y a dix jours par le Parlement macédonien, cet accord sera débattu cette semaine au Parlement grec avant un vote crucial d'ici à la fin de la semaine. De nombreux habitants, en particulier ceux de la province du nord de la Grèce portant le même nom que le pays frontalier, estiment que l'appellation "Macédoine" n'appartient qu'au patrimoine historique grec. De nombreuses manifestations contre cet accord ont eu lieu à Athènes et à Thessalonique (nord) depuis le début des négociations il y a un an et demi. L'une des plus importantes à Athènes s'est déroulée le 4 février 2018 avec la participation de près de 140.000 personnes. (Belga)