Les deux écoles, maternelle et élémentaire, situées rue Saint-Benoît, "ont été fermées par mesure de précaution", a indiqué la mairie. L'incendie de la cathédrale, le 15 avril, avait provoqué la fusion de plusieurs centaines de tonnes de plomb qui se trouvaient notamment dans la charpente de la flèche et de la toiture. La semaine dernière, la mairie de Paris avait indiqué que des prélèvements effectués dans des établissements scolaires proches ne justifiaient "aucune alerte". L'Agence régionale de santé avait demandé de nouvelles mesures lorsqu'avaient été identifiés à l'extérieur des niveaux supérieurs à la référence de 5.000 microgrammes de plomb par m2. Or, à l'école Saint-Benoît, ces nouvelles analyses ont révélé, dans la cour de récréation et non à l'intérieur du bâtiment, "des concentrations surfaciques en plomb dans les poussières supérieures aux valeurs de références", selon la mairie. Après un nettoyage, de nouveaux prélèvements doivent être effectués, dont les résultats sont attendus vendredi. Les enfants doivent être accueillis sur d'autres sites pendant la fermeture. Selon une enquête du site d'investigation Mediapart mise en ligne le 18 juillet, "des taux de concentration au plomb, parfois dix fois supérieurs au seuil d'alerte, ont été relevés dans des écoles proches" de la cathédrale. Le site accuse la mairie de Paris de ne pas avoir "effectué de nettoyage en profondeur des lieux". (Belga)