De nombreux policiers, mais aussi des militaires, patrouillent depuis ce lundi vers 5h30 aux alentours du palais de justice de Bruxelles. D'importants moyens, jamais vus auparavant au palais de justice, ont été déployés spécialement pour ce procès. Malgré le fait que les prévenus, considérés comme dangereux, ne seront pas présents à l'audience de ce lundi, les effectifs de sécurité sont très importants. Le parking autour du palais de justice est fermé et entouré de blocs de béton et de fils barbelés. Quelque six camionnettes de police et un blindé sont stationnés derrière ce dispositif, et environ 200 policiers, ainsi que des militaires, sont mobilisés pour toute la journée. Dans ce procès, Salah Abdeslam et Soufien Ayari doivent répondre de tentative de meurtre dans un contexte terroriste et de possession illégale d'armes à feu. Le 15 mars 2016, des policiers belges et français avaient entrepris de perquisitionner une habitation de la rue du Dries à Forest, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. Dès leur arrivée, ils avaient essuyé des tirs de la part des occupants de l'appartement, entre autres Salah Abdeslam et Sofien Ayari. (Belga)

De nombreux policiers, mais aussi des militaires, patrouillent depuis ce lundi vers 5h30 aux alentours du palais de justice de Bruxelles. D'importants moyens, jamais vus auparavant au palais de justice, ont été déployés spécialement pour ce procès. Malgré le fait que les prévenus, considérés comme dangereux, ne seront pas présents à l'audience de ce lundi, les effectifs de sécurité sont très importants. Le parking autour du palais de justice est fermé et entouré de blocs de béton et de fils barbelés. Quelque six camionnettes de police et un blindé sont stationnés derrière ce dispositif, et environ 200 policiers, ainsi que des militaires, sont mobilisés pour toute la journée. Dans ce procès, Salah Abdeslam et Soufien Ayari doivent répondre de tentative de meurtre dans un contexte terroriste et de possession illégale d'armes à feu. Le 15 mars 2016, des policiers belges et français avaient entrepris de perquisitionner une habitation de la rue du Dries à Forest, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. Dès leur arrivée, ils avaient essuyé des tirs de la part des occupants de l'appartement, entre autres Salah Abdeslam et Sofien Ayari. (Belga)