"Les Etats-Unis partagent avec le Guatemala une relation profonde et historique, et ont hâte de poursuivre leur proche partenariat dans un certain nombre de domaines d'intérêt national communs, dont la lutte contre les facteurs à l'origine de l'immigration clandestine", a commenté dans un communiqué le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. Le président américain Donald Trump avait annoncé fin juillet la conclusion d'un accord migratoire avec le Guatemala, assurant qu'il serait dorénavant considéré comme un "pays tiers sûr" auprès duquel les demandeurs d'asile devront effectuer leurs premières démarches. "Cet accord clé va mettre fin au business des coyotes et des trafiquants", avait-il ajouté en référence aux groupes criminels qui organisent le voyage des migrants. Alejandro Giammattei, un médecin de 63 ans, a évité au cours de sa campagne d'approfondir sa position concernant cet accord, objet de critiques au Guatemala. Le candidat de droite a promis de combattre les criminels et les trafiquants de drogue à coup de "testostérone", et de rétablir la peine de mort. (Belga)