La faillite d'une entreprise spécialisée dans le domaine de l'équipement photovoltaïque a catalysé le mouvement de solidarité entre les particuliers de la région montoise qui ont investi dans un équipement qu'ils n'ont jamais reçu. Une cinquantaine de personnes concernées se sont retrouvées mardi soir dans un auditoire de l'UMons pour faire converger leurs énergies de défense. "Nous avons payé des panneaux que nous n'avons jamais reçus parce que la société qui devait les installer est tombée en faillite pour un problème que nous estimons lié à la revente des certificats verts, aux retards de paiements décidés par la Région", ont indiqué les porte-paroles du mouvement naissant. "Plusieurs dizaines de familles ont déboursé 15 à 50.000 euros, à rembourser sur base de prêts, pour des équipement jamais installés."

Le groupement citoyen clame son incrédulité et sa colère, essentiellement envers la Région wallonne "qui soutenait à grands coups de pub" le développement du secteur photovoltaïque. "Notre but est de créer un collectif. Quelque 600 familles sont désormais en situation précaire. Nous voulons interpeller les politiques wallons, voire mener une action juridique", ont précisé les "sans panneaux".

La faillite d'une entreprise spécialisée dans le domaine de l'équipement photovoltaïque a catalysé le mouvement de solidarité entre les particuliers de la région montoise qui ont investi dans un équipement qu'ils n'ont jamais reçu. Une cinquantaine de personnes concernées se sont retrouvées mardi soir dans un auditoire de l'UMons pour faire converger leurs énergies de défense. "Nous avons payé des panneaux que nous n'avons jamais reçus parce que la société qui devait les installer est tombée en faillite pour un problème que nous estimons lié à la revente des certificats verts, aux retards de paiements décidés par la Région", ont indiqué les porte-paroles du mouvement naissant. "Plusieurs dizaines de familles ont déboursé 15 à 50.000 euros, à rembourser sur base de prêts, pour des équipement jamais installés." Le groupement citoyen clame son incrédulité et sa colère, essentiellement envers la Région wallonne "qui soutenait à grands coups de pub" le développement du secteur photovoltaïque. "Notre but est de créer un collectif. Quelque 600 familles sont désormais en situation précaire. Nous voulons interpeller les politiques wallons, voire mener une action juridique", ont précisé les "sans panneaux".