La règle selon laquelle les autotests peuvent remplacer les masques buccaux dans les lieux de vie nocturne n'est pas encore entrée en vigueur, rapportaient samedi matin les journaux du groupe Mediahuis. Pour que ce soit le cas, un accord de coopération entre les différents gouvernements du pays doit en effet encore être modifié et cela pourrait prendre plusieurs jours. Mais, selon le ministre Vandenbroucke, il n'en sera toutefois rien. "Nous n'allons pas attendre (l'accord). Nous sommes un pays compliqué et la législation est toujours compliquée, mais l'accord est que nous n'allons pas l'attendre", explique-t-il. Dès ce samedi, le masque buccal ne sera pas obligatoire dans une discothèque, à une double condition cependant. "Vous utilisez les coronapass correctement, vous les vérifiez scrupuleusement. La deuxième condition est que vous vous organisiez un autotest et que vous le contrôliez vous-même. Vous ne laissez entrer que ceux qui, en plus du Covid Safe Ticket, peuvent également prouver que l'autotest est négatif", détaille le ministre. Frank Vandenbroucke appelle toutefois à la prudence. "Nous sommes en pleine explosion du virus." Le socialiste flamand invite donc à la plus grande prudence, en évitant de multiplier les contacts, à se réunir à l'extérieur ou à porter un masque buccal, par exemple. Toute personne se rendant à un événement de plus de 50 participants devrait s'assurer que les pass sanitaires y sont utilisés sérieusement, recommande-t-il. Il déconseille de se rendre en discothèque si aucun autotest n'est organisé, et avec professionnalisme, à l'entrée. Le ministre demande également de la prudence pour les fêtes privées. Le masque buccal est obligatoire lors des fêtes privées de 50 personnes ou plus, rappelle-t-il, conseillant en outre de mettre en place des autotests à l'entrée, même si ce n'est pas une obligation. (Belga)

La règle selon laquelle les autotests peuvent remplacer les masques buccaux dans les lieux de vie nocturne n'est pas encore entrée en vigueur, rapportaient samedi matin les journaux du groupe Mediahuis. Pour que ce soit le cas, un accord de coopération entre les différents gouvernements du pays doit en effet encore être modifié et cela pourrait prendre plusieurs jours. Mais, selon le ministre Vandenbroucke, il n'en sera toutefois rien. "Nous n'allons pas attendre (l'accord). Nous sommes un pays compliqué et la législation est toujours compliquée, mais l'accord est que nous n'allons pas l'attendre", explique-t-il. Dès ce samedi, le masque buccal ne sera pas obligatoire dans une discothèque, à une double condition cependant. "Vous utilisez les coronapass correctement, vous les vérifiez scrupuleusement. La deuxième condition est que vous vous organisiez un autotest et que vous le contrôliez vous-même. Vous ne laissez entrer que ceux qui, en plus du Covid Safe Ticket, peuvent également prouver que l'autotest est négatif", détaille le ministre. Frank Vandenbroucke appelle toutefois à la prudence. "Nous sommes en pleine explosion du virus." Le socialiste flamand invite donc à la plus grande prudence, en évitant de multiplier les contacts, à se réunir à l'extérieur ou à porter un masque buccal, par exemple. Toute personne se rendant à un événement de plus de 50 participants devrait s'assurer que les pass sanitaires y sont utilisés sérieusement, recommande-t-il. Il déconseille de se rendre en discothèque si aucun autotest n'est organisé, et avec professionnalisme, à l'entrée. Le ministre demande également de la prudence pour les fêtes privées. Le masque buccal est obligatoire lors des fêtes privées de 50 personnes ou plus, rappelle-t-il, conseillant en outre de mettre en place des autotests à l'entrée, même si ce n'est pas une obligation. (Belga)