Quiconque recevra un SMS ou un e-mail avec l'invitation à se faire vacciner et confirmera ce rendez-vous en ligne apprendra alors quel type de vaccin il/elle recevra. "Pour le moment, il n'y a preque que l'AstraZeneca qui est administré", déclare M. Ramaekers. "C'est un très bon vaccin. Comme l'écrit De Standaard ce matin (mardi, ndlr), la campagne de vaccination écossaise montre que ce vaccin, tout comme celui de Pfizer, diminue considérablement les admissions à l'hôpital. Cet effet est notamment visible sur les plus de 65 ans". Dirk Ramaekers ne craint pas que les gens se désistent ou attendent un autre vaccin. Dans la pratique, tout se passe bien dans les centres de vaccination, dit-il. "Personne ne comprend ce qui s'est passé à Furnes le week-end dernier (70 des 200 travailleurs des soins de santé invités à se faire vacciner ne se sont pas présentés, ndlr). Peut-être que quelque chose s'est mal passé avec les invitations". Dans les centres d'hébergement et parmi le personnel soignant, la volonté de se faire vacciner est très élevée. "Au plus nous nous adressons à des personnes qui n'entrent pas en contact direct avec des patients Covid, au plus nous nous concentrerons sur la communication et la motivation". (Belga)

Quiconque recevra un SMS ou un e-mail avec l'invitation à se faire vacciner et confirmera ce rendez-vous en ligne apprendra alors quel type de vaccin il/elle recevra. "Pour le moment, il n'y a preque que l'AstraZeneca qui est administré", déclare M. Ramaekers. "C'est un très bon vaccin. Comme l'écrit De Standaard ce matin (mardi, ndlr), la campagne de vaccination écossaise montre que ce vaccin, tout comme celui de Pfizer, diminue considérablement les admissions à l'hôpital. Cet effet est notamment visible sur les plus de 65 ans". Dirk Ramaekers ne craint pas que les gens se désistent ou attendent un autre vaccin. Dans la pratique, tout se passe bien dans les centres de vaccination, dit-il. "Personne ne comprend ce qui s'est passé à Furnes le week-end dernier (70 des 200 travailleurs des soins de santé invités à se faire vacciner ne se sont pas présentés, ndlr). Peut-être que quelque chose s'est mal passé avec les invitations". Dans les centres d'hébergement et parmi le personnel soignant, la volonté de se faire vacciner est très élevée. "Au plus nous nous adressons à des personnes qui n'entrent pas en contact direct avec des patients Covid, au plus nous nous concentrerons sur la communication et la motivation". (Belga)