Maintenant que les exécutifs régionaux se sont formés, il n'y a selon Peter Van Rompuy plus d'excuse pour laisser traîner la formation d'un exécutif fédéral. On n'est actuellement même pas dans un stade de formation en tant que telle, la mission des "préformateurs" Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) étant d'examiner les possibilités d'engager des négociations autour d'un axe reliant leurs deux partis. Peter Van Rompuy a une idée précise sur le sujet: il est crucial que le PS et la N-VA s'associent, même si la collaboration apparait tout sauf naturelle, et il est tout aussi important que tout le monde soit conscient qu'il n'y a "pas d'alternative" à un gouvernement mauve-jaune. Les Verts ont encore récemment laissé entendre qu'ils seraient disponibles pour une éventuelle coalition violette et verte, donc avec les écologistes mais sans la N-VA, premier parti flamand. Cette possibilité n'est pas à prendre en considération, selon le CD&V Peter Van Rompuy. "Un gouvernement avec entre autres Ecolo, n'est pas armé pour s'attaquer aux défis qui nous attendent. Je pense au budget, à la lutte contre la récession économique et à une politique migratoire ferme. Une politique climatique ambitieuse est tout à fait possible sans les Verts", précise-t-il. Le principal hic, ce serait surtout l'absence d'une majorité côté flamand cependant. "Le précédent gouvernement sans majorité flamande, celui de Di Rupo, a poussé la N-VA en 2014 vers un score de 32% des voix en Flandre. Un nouveau gouvernement fédéral sans majorité parmi les néerlandophones paverait le chemin pour le Vlaams Belang, pour décrocher un score identique en 2024", argue le chef de groupe. Celui-ci va même plus moins, osant affirmer qu'un gouvernement violet - vert serait "la voie la plus rapide vers une 'majorité de Vlexit' pour les partis nationalistes flamands au parlement régional en 2024". "De Wever et Magnette ne vont peut-être pas aimer entendre ça, mais il n'y a pas d'alternative au mauve-jaune. L'électeur a distribué les cartes le 26 mai, de telle manière que le seul axe envisageable pour la formation d'un gouvernement fédéral est celui de la N-VA et du PS". Il serait intéressant d'en faire une question à glisser dans les débats entre les candidats à la présidence du parti démocrate-chrétien flamand, ajoute-t-il. "'Excluez-vous un gouvernement fédéral sans majorité flamande? ' Oui ou non." (Belga)