Les sites de fabrication de produits pharmaceutiques injectables stériles de ces compagnies ont été certifiés pour leurs bonnes pratiques de fabrication (BPF) par l'Agence européenne des médicaments (EMA), et/ou par la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis, et/ou par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), affirme HRW. La liste des fabricants potentiels de vaccins ARNm a été dressée par le coordinateur du projet AccessIBSA, qui fait campagne pour un meilleur accès aux médicaments en Inde, au Brésil et en Afrique du Sud, et par un expert en matière de vaccins de la Campagne d'accès aux médicaments essentiels de Médecins Sans Frontières (MSF). HRW estime que diversifier la production mondiale de vaccins permettrait d'accroître l'approvisionnement en vaccins et mettrait le monde dans une meilleure position pour faire face collectivement à la pandémie. Or, à la date du 29 novembre, les pays à faible revenu n'avaient reçu que 0,6% des vaccins fabriqués dans le monde. Le gouvernement américain a fourni environ 1 milliard de dollars de fonds publics chacun à Moderna et à J&J et l'Institut national américain de la santé a financé des innovations fondamentales qui ont rendu possible la mise au point des vaccins anti-Covid de Moderna et de Pfizer-BioNTech, avance encore HRW. Par ailleurs, le gouvernement allemand a octroyé un financement important à BioNTech pour la recherche et le développement avec Pfizer de son vaccin anti-Covid-19 à ARNm. Selon HRW, il incombe donc aux gouvernements américain et allemand de pousser ces compagnies à effectuer de plus larges transferts de savoir-faire et de technologie. Une dérogation temporaire à certaines règles internationales relatives à la propriété intellectuelle et au commerce permettrait aux gouvernements de collaborer à l'expansion de la fabrication de vaccins et de traitements contre le Covid-19, sans crainte de représailles fondées sur les règles commerciales internationales, propose HRW. (Belga)

Les sites de fabrication de produits pharmaceutiques injectables stériles de ces compagnies ont été certifiés pour leurs bonnes pratiques de fabrication (BPF) par l'Agence européenne des médicaments (EMA), et/ou par la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis, et/ou par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), affirme HRW. La liste des fabricants potentiels de vaccins ARNm a été dressée par le coordinateur du projet AccessIBSA, qui fait campagne pour un meilleur accès aux médicaments en Inde, au Brésil et en Afrique du Sud, et par un expert en matière de vaccins de la Campagne d'accès aux médicaments essentiels de Médecins Sans Frontières (MSF). HRW estime que diversifier la production mondiale de vaccins permettrait d'accroître l'approvisionnement en vaccins et mettrait le monde dans une meilleure position pour faire face collectivement à la pandémie. Or, à la date du 29 novembre, les pays à faible revenu n'avaient reçu que 0,6% des vaccins fabriqués dans le monde. Le gouvernement américain a fourni environ 1 milliard de dollars de fonds publics chacun à Moderna et à J&J et l'Institut national américain de la santé a financé des innovations fondamentales qui ont rendu possible la mise au point des vaccins anti-Covid de Moderna et de Pfizer-BioNTech, avance encore HRW. Par ailleurs, le gouvernement allemand a octroyé un financement important à BioNTech pour la recherche et le développement avec Pfizer de son vaccin anti-Covid-19 à ARNm. Selon HRW, il incombe donc aux gouvernements américain et allemand de pousser ces compagnies à effectuer de plus larges transferts de savoir-faire et de technologie. Une dérogation temporaire à certaines règles internationales relatives à la propriété intellectuelle et au commerce permettrait aux gouvernements de collaborer à l'expansion de la fabrication de vaccins et de traitements contre le Covid-19, sans crainte de représailles fondées sur les règles commerciales internationales, propose HRW. (Belga)