Le journal télévisé de la VRT diffusé dimanche soir "faisait état d'une variante du virus contenant la mutation D614 G" dans les foyers de coronavirus signalés au cours des derniers jours à Lier, Duffel et Wuustwezel (province d'Anvers), s'étonne lundi M. Van Gucht, précisant qu'il s'agit en réalité du "virus observé depuis des mois en Belgique". "Il s'agit du virus premièrement apparu de Chine qui s'est ensuite propagé en Europe depuis l'Italie et est devenu la souche dominante", souligne le virologue qui avertit qu'il y a pour l'instant encore trop peu d'informations pour parler d'une variante plus contagieuse. L'analyse des séquences d'ADN devrait permettre de déterminer de quelle variante il est question. "En tout cas, il ne s'agit pas de la variante britannique (B1.1.7, ndlr)", précise M. Van Gucht. "Certains cas de cette variante ont bien été signalés, mais ils ne sont pas liés au Royaume-Uni". (Belga)

Le journal télévisé de la VRT diffusé dimanche soir "faisait état d'une variante du virus contenant la mutation D614 G" dans les foyers de coronavirus signalés au cours des derniers jours à Lier, Duffel et Wuustwezel (province d'Anvers), s'étonne lundi M. Van Gucht, précisant qu'il s'agit en réalité du "virus observé depuis des mois en Belgique". "Il s'agit du virus premièrement apparu de Chine qui s'est ensuite propagé en Europe depuis l'Italie et est devenu la souche dominante", souligne le virologue qui avertit qu'il y a pour l'instant encore trop peu d'informations pour parler d'une variante plus contagieuse. L'analyse des séquences d'ADN devrait permettre de déterminer de quelle variante il est question. "En tout cas, il ne s'agit pas de la variante britannique (B1.1.7, ndlr)", précise M. Van Gucht. "Certains cas de cette variante ont bien été signalés, mais ils ne sont pas liés au Royaume-Uni". (Belga)