"Les propos de Charles Michel - dénonçant la lâcheté du PS et de la N-VA, NDLR - sont scandaleux. Au lieu de rester dans une posture d'auto-justification d'un mauvais gouvernement qui a conduit à la fracture sociale que nous connaissons, le MR doit faire son examen de conscience et venir avec des propositions concrètes", a-t-il expliqué en répétant que le PS "ne participera pas au démantèlement du pays". Or, "la première demande de la N-VA, qui ne veut pas parler de l'amélioration des conditions de vie des citoyens, c'est la scission du pays. Pour nous, ce n'est pas acceptable", a martelé M. Marcourt. "Nous vivons des moments extrêmement difficiles", l'impasse actuelle découlant "de la volonté de la N-VA de mettre fin au pays. Mais nous ne transigerons pas là-dessus", d'autant que d'autres options sont possibles au nord du pays, a-t-il encore assuré. Quant à la possibilité de retourner aux urnes, "on n'y est pas encore", a estimé Jean-Claude Marcourt. (Belga)